A la Une

Des charniers de plus

Des charniers de plus

Chaque jour qui passe, le drame du Grand Kasaï délivre un secret de plus. Après les huit...

Mafia à la CENI : détournement du contrat « Sitele »

Mafia à la CENI : détournement du contrat « Sitele »

Dans ses investigations sur la gestion à la Commission électorale nationale indépendante,...

Phénomène Kamuina Nsapu : la désillusion du gouvernement Badibanga

Phénomène Kamuina Nsapu : la désillusion du gouvernement Badibanga

Les populations de l’espace Kasaï ne connaissent pas encore la paix et la sécurité. Même à...

Répartition des postes entre composantes: les ministères régaliens posent problème

Répartition des postes entre composantes: les ministères régaliens posent problème

Intérieur, Défense, Justice, Finances et Affaires étrangères Une fois de plus, la plénière...

Conseil de sécurité : She Okitundu dans le déni de la réalité

Conseil de sécurité : She Okitundu dans le déni de la réalité

«Il n’existe aucune manœuvre pour retarder la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre...

Imprimer

Choix du Premier ministre : le G7 tance la Majorité

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

Au Centre interdiocésain, c’est le temps mort. Après la suspension des travaux le 28 janvier 2016 – le temps pour les évêques de boucler un voyage pastoral en Europe – dans les deux parties, Majorité présidentielle (MP) et Rassemblement, des réunions se multiplient, en attendant un ultime compromis entre les deux camps pour harmoniser les vues.

Le G7, plate-forme membre du Rassemblement qui suit de très près l’enlisement des discussions du Centre interdiocésain, tente de lancer les appels pour amener la MP à revenir à la raison quant au choix du Premier ministre. Pour le G7, l’accord du 31 décembre ayant tranché sur cette question, la MP n’a aucune raison de se cabrer sur sa position. A moins de faire preuve de mauvaise foi ou d’une volonté manifeste de faire échouer les discussions directes du Centre interdiocésain.

Au moment où les pourparlers directs du Centre interdiocésain entre signataires et non-signataires de l’accord négocient péniblement sa dernière ligne droite, dans différentes plateformes politiques, l’on se prépare à aborder le prochain round dès le retour des évêques, en mission pastorale en Europe.

Selon certaines indiscrétions, depuis la suspension des travaux du Centre interdiocésain, le 28 janvier 2017, la Majorité présidentielle (MP) se retrouve régulièrement dans un hôtel huppé de la place pour peaufiner sa stratégie. La MP, qui continue à réclamer la transmission au chef de l’Etat d’un panel de candidats à la nomination au poste de Premier ministre, n’entend pas transiger sur ses principales exigences.

En face, le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement dit s’en tenir aux prescrits de l’accord, ne se montrant pas prêt à cautionner, en complicité avec la MP, une flagrante violation du compromis politique du 31 décembre 2016 qui l’oblige à ne présenter qu’un candidat au poste de Premier ministre. Le 28 janvier 2016, sous les regards médusés de la Cenco, les deux parties se sont séparées en queue de poisson, sans qu’un compromis ne soit dégagé sur le mode de désignation du Premier ministre. Il y a bien d’autres points en suspens qui continuent à les diviser, en l’occurrence le rôle de la Cenco dans la transition et la répartition des portefeuilles ministériels suivant le quota dévolu à chacune des composantes aux discussions directes du Centre interdiocésain.

Si la MP s’active déjà à adopter une ligne commune, en attendant le retour des évêques, le G7, regroupement politique membre du Rassemblement, s’active pour faire entendre sa voix. Tout récemment, au terme d’une réunion de son bureau politique, le G7 s’est vivement déchargé sur la Majorité présidentielle qu’il considère comme seul responsable de l’enlisement des pourparlers directs du Centre interdiocésain. Hier mardi 1er février, le G7 a récidivé en faisant également part de son optimisme par rapport à l’atterrissage en douceur des discussions parrainées par la Cenco.

Le G7 hausse la voix

Alors que le ciel s’assombrit au-dessus du Centre interdiocésain et que certains évoquent déjà l’hypothèse d’un échec, le G7 ne perd pas espoir. Bien au contraire, il « encourage la poursuite des négociations et réitère sa confiance à la mission de bons offices de la Cenco pour accompagner le processus jusqu’à la tenue des élections dans le délai convenu dans le cadre de l’accord du 31 décembre 2016 ».

Devant la nécessité d’« arrêter la dégradation de la situation politique, économique et sociale de notre pays », le bureau politique du G7 « appelle les parties prenantes à conclure rapidement les négociations » du Centre interdiocésain.

Se tournant de nouveau vers la MP, le bureau politique du G7 lui demande de « respecter les dispositions de l’accord du 31 décembre en ce qui concerne notamment la présentation du Premier ministre par le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement ».

Néanmoins, le G7 trouve une raison de croire à une sortie imminente de la crise. Ainsi, « tout en saluant certains actes posés par le pouvoir, le bureau politique exige la mise en application totale des mesures de décrispation convenues dans le cadre de l’accord du 31 décembre 2016 ». Par conséquent, il « exhorte la Cenco à poursuivre ses efforts en vue de la solution définitive des cas emblématiques lui confiées ».

Pour plus de décrispation du climat politique, le G7 « en appelle également à la réouverture de toutes les chaines de radio et de télévision dont les signaux ont été coupés ou le matériel confisqué ».

Pour l’instant, tous les regards sont tournés vers les évêques qui, de leur retour le week-end prochain à Kinshasa, trouveront sur leur table de médiation les propositions des uns et des autres en vue de faire sauter le verrou qui bloque la conclusion de l’arrangement particulier à l’accord du 31 décembre 2016. En attendant, le G7 n’entend pas baisser les bras. Avec cette dernière déclaration, le G7 confirme son ancrage dans le Rassemblement dont il reste à jamais lier.

 

En encadré, l’intégralité du communiqué de presse signé par le président du Bureau politique du G7, Pierre Lumbi Okongo.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le deal a quitté les salons huppés où elle a été négociée en secret pour se retrouver fort malheureusement dans la presse. À titre indicatif « Le Journal », quotidien paraissant à Kinshasa lui...

Facebook FanBox