A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

3 candidats, SVP

Écrit par Ben-Clet le . Publié dans Apostrophe

Pour une fois, la presse nationale parle le même langage : celui de constater que «les discussions directes» entre la Mouvance kabiliste et le Rassemblement de l’opposition sont bloquées.

Dans ses analyses, la presse relève que les évêques de la Cénco, impatients, sont fatigués par les manœuvres dilatoires des politicailleurs. Que la population, irritée de voir différer le bout du tunnel, fulmine de colère, tel le volcan Nyirangongo. Que les partenaires de la République, circonspects sur les atermoiements de la crasse politique, peaufinent un plan de sauvetage.

À la base du blocage, essentiellement la non conciliation des points de vue sur le procédé de nomination du Premier ministre. La Mouvance ne remet pas en cause le principe selon lequel le Premier sera «présenté» par le Rassemblement. Elle exige, néanmoins, que le Rassemblement «propose» au président de la République une liste de candidats : d’abord 10, ensuite 7, puis 5 et, enfin, 3. Quitte au président de choisir dans le lot. Voilà où les violons ne s’accordent pas.

En l’absence des hommes de «bonne volonté» dans les cercles congolais de Rosicruciens, Francs-maçons, Mahikaristes, Eckankaristes, Messagers de Graal, … les Apostrophiles suggèrent à la Mouvance et au Rassemblement un compromis originellement original.

Notre thérapeutique : le Rassemblement fait semblant de se plier au diktat de la Mouvance, en proposant trois candidatures : Moïse Katumbi, Franck Diongo, Félix Tshisekedi. Ainsi, il laisse au président de la République le loisir d’exercer «son pouvoir discrétionnaire». Croyez-vous que la drôle de polémique serait évacuée ? C’est mal connaître les diaboliques intentions de plus d’un protagoniste.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...