A la Une

Signature ce jeudi  de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

Signature ce jeudi de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

C’est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce...

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

L’opération d’enrôlement des électeurs démarre, ce dimanche 30 avril 2017, dans les aires...

Réplique de la Cenco à la MP : les Congolais sont à Dieu

Réplique de la Cenco à la MP : les Congolais sont à Dieu

Entre la Majorité présidentielle (MP) et la Cenco des piques commencent à prendre des allures...

J. Kabila: deux fers au feu,  Diplomatie de sape, Anéantissement de l’Opposition

J. Kabila: deux fers au feu, Diplomatie de sape, Anéantissement de l’Opposition

Après avoir passé avec succès le cap du 19 décembre 2016, alors que tous les indicateurs...

RDC: La Communauté humanitaire lance un appel de fonds pour 64,5 millions USD

RDC: La Communauté humanitaire lance un appel de fonds pour 64,5 millions USD

Pour répondre aux besoins de quelque 731 000 personnes ciblées dans le Grand Kasaï, en majorité...

Imprimer

3 candidats, SVP

Écrit par Ben-Clet. Publié dans Apostrophe

Pour une fois, la presse nationale parle le même langage : celui de constater que «les discussions directes» entre la Mouvance kabiliste et le Rassemblement de l’opposition sont bloquées.

Dans ses analyses, la presse relève que les évêques de la Cénco, impatients, sont fatigués par les manœuvres dilatoires des politicailleurs. Que la population, irritée de voir différer le bout du tunnel, fulmine de colère, tel le volcan Nyirangongo. Que les partenaires de la République, circonspects sur les atermoiements de la crasse politique, peaufinent un plan de sauvetage.

À la base du blocage, essentiellement la non conciliation des points de vue sur le procédé de nomination du Premier ministre. La Mouvance ne remet pas en cause le principe selon lequel le Premier sera «présenté» par le Rassemblement. Elle exige, néanmoins, que le Rassemblement «propose» au président de la République une liste de candidats : d’abord 10, ensuite 7, puis 5 et, enfin, 3. Quitte au président de choisir dans le lot. Voilà où les violons ne s’accordent pas.

En l’absence des hommes de «bonne volonté» dans les cercles congolais de Rosicruciens, Francs-maçons, Mahikaristes, Eckankaristes, Messagers de Graal, … les Apostrophiles suggèrent à la Mouvance et au Rassemblement un compromis originellement original.

Notre thérapeutique : le Rassemblement fait semblant de se plier au diktat de la Mouvance, en proposant trois candidatures : Moïse Katumbi, Franck Diongo, Félix Tshisekedi. Ainsi, il laisse au président de la République le loisir d’exercer «son pouvoir discrétionnaire». Croyez-vous que la drôle de polémique serait évacuée ? C’est mal connaître les diaboliques intentions de plus d’un protagoniste.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce jeudi l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016. Les présidents de deux Chambres...