A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Bis repetita

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

On prend les mêmes et on recommence. Le scénario est le même, il est connu. Chaque fois qu’on avance en profondeur dans le processus électoral, les « soudards » et leurs acolytes agitent le spectre du M23. Du coup, la partie Est du pays est envahie par une rébellion et devient incontrôlable. Et vite, le prétexte est bien brandi : pas moyen d’organiser les élections suite à l’insécurité qui sévit dans l’Est de la République.

Pire encore, les seigneurs de guerre se permettent de voler des kits électoraux afin que soit constaté l’impossibilité matérielle et logistique d’organiser tout scrutin. Ainsi, les jours passent et se ressemblent.

Du côté budget, le gouvernement, qui doit financer (en grande partie) les élections, trouve une belle excuse. « La guerre de l’Est nous coûte chère ; la moitié du budget de l’Etat y a été affecté », argue-t-on. L’excuse passe bien pour quiconque aime son pays et ne voudrait pas le laisser filer entre les mains des inciviques. Entre-temps, les pêcheurs en eau trouble se frottent les mains en pareille période.

Comme ils savent le faire, c’est la moitié, ou presque, de la somme décaissée à la banque qui atterrit aux destinataires. Les poches de ceux qui sont commis au transport de cet argent étant souvent trouées, les billets s’échappent chemin faisant. La conséquence ? Au front, les éléments en uniformes n’essuient que des piètres revers. Indépendamment de leur bonne volonté et de leur ingéniosité.

Heureusement ! Depuis un temps, tout le monde sait que le masque derrière lequel on se cache n’est que foutaise. Tôt ou tard, il finira par tomber. Et c’est là qu’on saura véritablement qui est qui et qui fait quoi dans ces rébellions à répétition dans la partie orientale du pays.

Depuis toujours, il a été ainsi à l’approche des scrutins en RDC : le même modus operandi, le même stratagème et les mêmes « mensonges d’Etat ». Rien de neuf dans ce qui se trempe actuellement à l’Est du pays avec le M23. C’est le bis repetita.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...

Facebook FanBox