A la Une

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Le dernier rapport des Nations unies sur la RDC, rendu public le dimanche 13 août et présenté...

Toute la vérité

Toute la vérité

Les violences et violations des droits de l’Homme en République démocratique du Congo ont pris...

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Imprimer

Bis repetita

Écrit par Le Potentiel. Publié dans A la Une

On prend les mêmes et on recommence. Le scénario est le même, il est connu. Chaque fois qu’on avance en profondeur dans le processus électoral, les « soudards » et leurs acolytes agitent le spectre du M23. Du coup, la partie Est du pays est envahie par une rébellion et devient incontrôlable. Et vite, le prétexte est bien brandi : pas moyen d’organiser les élections suite à l’insécurité qui sévit dans l’Est de la République.

Pire encore, les seigneurs de guerre se permettent de voler des kits électoraux afin que soit constaté l’impossibilité matérielle et logistique d’organiser tout scrutin. Ainsi, les jours passent et se ressemblent.

Du côté budget, le gouvernement, qui doit financer (en grande partie) les élections, trouve une belle excuse. « La guerre de l’Est nous coûte chère ; la moitié du budget de l’Etat y a été affecté », argue-t-on. L’excuse passe bien pour quiconque aime son pays et ne voudrait pas le laisser filer entre les mains des inciviques. Entre-temps, les pêcheurs en eau trouble se frottent les mains en pareille période.

Comme ils savent le faire, c’est la moitié, ou presque, de la somme décaissée à la banque qui atterrit aux destinataires. Les poches de ceux qui sont commis au transport de cet argent étant souvent trouées, les billets s’échappent chemin faisant. La conséquence ? Au front, les éléments en uniformes n’essuient que des piètres revers. Indépendamment de leur bonne volonté et de leur ingéniosité.

Heureusement ! Depuis un temps, tout le monde sait que le masque derrière lequel on se cache n’est que foutaise. Tôt ou tard, il finira par tomber. Et c’est là qu’on saura véritablement qui est qui et qui fait quoi dans ces rébellions à répétition dans la partie orientale du pays.

Depuis toujours, il a été ainsi à l’approche des scrutins en RDC : le même modus operandi, le même stratagème et les mêmes « mensonges d’Etat ». Rien de neuf dans ce qui se trempe actuellement à l’Est du pays avec le M23. C’est le bis repetita.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est le gouverneur intérimaire du Sud-Kivu, Gabriel Kalonda, qui a déclaré officiellement l’épidémie de choléra dans sa province. Deux décès sont enregistrés jusque-là. Un comité de crise a été mis...

Facebook FanBox