A la Une

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Tripartite Céni-CNSA-Gouvernement : Une coalition de « falsificateurs »

Après avoir bâclé l’arrangement particulier de l’Accord politique du 31 décembre 2016, la MP et...

Soutien improductif

Soutien improductif

La République démocratique du Congo est en train de sombrer. La crise politique ne fait que...

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

Quel mécanisme pour une transition sans Kabila ?

La tenue d’élections étant exclue cette année, l’après-décembre 2017 reste un mystère. Raison...

Nul ne le sait

Nul ne le sait

La possibilité d’un report de scrutins se précise. Dans la série de concertations qu’il a...

Réunion stratégique autour de Sassou à Brazzaville

Réunion stratégique autour de Sassou à Brazzaville

Doyen d’Afrique centrale, le président Denis Sassou N’Guesso du Congo/Brazzaville a décidé de...

Imprimer

Bis repetita

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans A la Une

On prend les mêmes et on recommence. Le scénario est le même, il est connu. Chaque fois qu’on avance en profondeur dans le processus électoral, les « soudards » et leurs acolytes agitent le spectre du M23. Du coup, la partie Est du pays est envahie par une rébellion et devient incontrôlable. Et vite, le prétexte est bien brandi : pas moyen d’organiser les élections suite à l’insécurité qui sévit dans l’Est de la République.

Pire encore, les seigneurs de guerre se permettent de voler des kits électoraux afin que soit constaté l’impossibilité matérielle et logistique d’organiser tout scrutin. Ainsi, les jours passent et se ressemblent.

Du côté budget, le gouvernement, qui doit financer (en grande partie) les élections, trouve une belle excuse. « La guerre de l’Est nous coûte chère ; la moitié du budget de l’Etat y a été affecté », argue-t-on. L’excuse passe bien pour quiconque aime son pays et ne voudrait pas le laisser filer entre les mains des inciviques. Entre-temps, les pêcheurs en eau trouble se frottent les mains en pareille période.

Comme ils savent le faire, c’est la moitié, ou presque, de la somme décaissée à la banque qui atterrit aux destinataires. Les poches de ceux qui sont commis au transport de cet argent étant souvent trouées, les billets s’échappent chemin faisant. La conséquence ? Au front, les éléments en uniformes n’essuient que des piètres revers. Indépendamment de leur bonne volonté et de leur ingéniosité.

Heureusement ! Depuis un temps, tout le monde sait que le masque derrière lequel on se cache n’est que foutaise. Tôt ou tard, il finira par tomber. Et c’est là qu’on saura véritablement qui est qui et qui fait quoi dans ces rébellions à répétition dans la partie orientale du pays.

Depuis toujours, il a été ainsi à l’approche des scrutins en RDC : le même modus operandi, le même stratagème et les mêmes « mensonges d’Etat ». Rien de neuf dans ce qui se trempe actuellement à l’Est du pays avec le M23. C’est le bis repetita.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Après avoir perçu les financements du Foner, les gouverneurs de province prélèvent illégalement des fonds à caractère provincial sous prétexte de financer les travaux de réhabilitation des routes....

Facebook FanBox