A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

RDC : 156e sur 177

Écrit par Ben-Clet le . Publié dans Apostrophe

Encore un supplice ! Le dernier rapport de Transparency International est tombé le 25 janvier 2017. La RDC y occupe la 156ème place sur 177 pays cotés sur base de la «perception de la corruption» dans le monde.

«Ce classement veut dire que nous sommes parmi les 20 pays les plus corrompus de la planète», explique Ernest Mpararo, président de la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (Licoco) et représentant de Transparency International en RDC.

Cette progression dans le mal doit interpeller les consciencesd’autant plus que lorsqu’on présente la RDC comme un pays corrompu, les investisseurs ont tendance à ne pas s’y aventurer. Conséquences : l’amplification du chômage, l’instabilité sociale et politique, la paupérisation généralisée.

Auteur du rapport, Transparency International déclare que «dans de trop nombreux pays, les besoins les plus élémentaires des citoyens ne sont pas satisfaits à cause de la corruption, alors que les puissants et les corrompus jouissent d’un mode de vie somptueux en toute impunité».

En RDC, la tonitruante nomination de Luzolo Bambi en qualité de « Shérif Anti-corruption » ressemble, trois ans après, à une fleur qui n’a pas su tenir sa promesse. Depuis, le pauvre conseiller se ronge les ongles. C’est qu’il a rencontré moult pesanteurs dans les allées du pouvoir.

Ce qu’il est urgent de faire, c’est d’autoriser les citoyens à, notamment, demander des comptes aux gestionnaires publics. Ceci implique, selon Transparency, la divulgation de l’identité des propriétaires d’entreprises ainsi que l’application des sanctions contre les facilitateurs complices de transferts transfrontaliers de flux d’argent obtenu de manière frauduleuse.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...