Imprimer

Egypte : des défis encore à relever six ans après la révolution de 2011

Écrit par Cyprien K. le . Publié dans Afrique

La République Arabe d’Egypte a célébré mercredi, les six ans de la révolution de 2011 qui a poussé l’ancien président Hosni Moubarak à la démission.

Si pour certains analystes la situation générale de l’Egypte n’a pas évolué depuis la révolte du Printemps Arabe, l’actuel président égyptien Abdel Fattah al-Sissi  voit les choses autrement. Il affirme que l’Egypte est «  sur la bonne voie ».

Six ans après la révolution de 2011, beaucoup de choses  se sont passées dans ce grand pays du monde arabe. Les avis des analystes restent partagés sur les progrès accomplis sur les plans  politique, économique, social et sécuritaire. Pour les uns, l’Egypte traverse une période économique difficile couplée des menaces et attaques terroristes récurrentes. Mais pour les optimistes, aux premiers rangs desquels se trouve le président Sissi, le pays des Pharaons va bien, même si il y a encore des reformes à mettre en place.

Le président Abdel Fattah al-Sissi  qui s’exprimait hier mercredi à l’occasion du sixième anniversaire de la révolution, a affirmé que l'Egypte était "sur la bonne voie" et a appelé la jeunesse qui avait mené la révolte de 2011 à participer au "développement" du pays.

"Une évaluation objective des développements en Egypte ces dernières années assure que nous avançons sur la bonne voie", a déclaré le président Sissi.

S'adressant à la jeunesse qui s'était mobilisée en 2011, il a précisé que le pays avait besoin de ses "efforts" pour poursuivre "la route de la réforme, de la construction et du développement".

Sur ce sujet, le président égyptien a promis de poursuivre avec les réformes économiques de manière à mener  à bien des projets de développement titanesques partout en Egypte (...) et à améliorer le climat pour les investissements locaux et étrangers.

Pour l’heure, la volonté de Sissi de faire remonter l’économie de son pays est incarnée par la construction en un temps record de deuxième canal de Suez, l’un de plus  grands projets économiques susceptibles de renflouer les caisses de l’Etat, alors les revenus de l’industrie touristique  ont sensiblement baissé à cause des attaques des éléments de l’Etat islamique basés à Sinaï. C’est dans ce sens d’ailleurs que  le président égyptien a souligné l’engagement sans faille de son pays dans le cadre  de lutte contre le terrorisme.

L’on souviendra que ce pays fait partie d’une large coalition internationale dans laquelle se trouvent les Etats-Unis, et dont l’objectif est de traquer les membres de l’Etat islamique jusqu’à leur dernier retranchement. C’est entre autres les raisons qui expliquent l’achat par le gouvernement égyptien de quelques Rafales français.

 

Le 25 janvier 2011, des manifestations sans précédent avaient éclaté en Egypte contre le régime de Hosni Moubarak pour dénoncer les inégalités sociales grandissantes, la corruption du pouvoir et les exactions de la police. Cette mobilisation, qui s'inscrivait dans la lignée du Printemps arabe, avait poussé le raïs égyptien à démissionner le 11 février après 30 années d'un règne sans partage.  C’est à l’issue de la présidentielle qui a suivi la chute de Moubarak que le président Morsi issu des Frères Musulmans a été porté au pouvoir, avant d’être lui aussi évincé à la suite de la forte pression de la rue qui craignait le dérive totalitaire de ce président islamiste élu à la surprise générale.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Après avoir perçu les financements du Foner, les gouverneurs de province prélèvent illégalement des fonds à caractère provincial sous prétexte de financer les travaux de réhabilitation des routes....