A la Une

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Annoncée depuis la dernière assemblée générale des Nations unies, l’ambassadrice des Etats-Unis à...

Le démineur

Le démineur

Aussitôt que le témoin lui a été passé par son homologue angolais, le nouveau pilote de la...

Qui a bu boira

Qui a bu boira

À l’heure actuelle, accepter de travailler avec le gouvernement congolais, c’est porter un...

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

Imprimer

Les dirigeants d’entreprise confiants malgré les incertitudes politiques

Écrit par AMK avec Agence Ecofin le . Publié dans Internationale

Selon une étude de Pricewaterhouse Coopers (PwC), les patrons d’entreprises gardent leur moral malgré les incertitudes politiques au niveau mondial.

Les multiples incertitudes politiques qui planent sur le monde, dont l’arrivée de Donald Trump à la maison Blanche et le Brexit, n’ont pas entamé le moral des dirigeants d’entreprise, selon un sondage dévoilé par le cabinet d’audit et de conseil Pricewaterhouse Coopers (PwC) en marge du Forum économique mondial (WEF) tenu du 17 au 20 janvier à Davos.  Ce sondage réalisé entre septembre et décembre 2016 auprès de 1379 dirigeants dans 79 pays a révélé que les incertitudes géopolitiques n’arrivent qu’à la quatrième place des menaces qui préoccupent les patrons, derrière la croissance économique indécise (82 % s’en plaignent), l’excès de régulation (80 %) et la pénurie de talents (77 %).

Sur un autre plan, 38 % des dirigeants d’entreprise sondés s’avouent très confiants quant à la croissance de leur entreprise à un horizon de douze mois contre 35 % pour le sondage précédent. Autre résultat inattendu : 29 % des patrons interrogés tablent aussi sur une reprise de l’économie mondiale dans l’année à venir contre 27 % en 2015. Les dirigeants d’Europe occidentale se révèlent même plus optimistes que la moyenne, se déclarant très confiants à 40 % pour leur entreprise et à 31 % pour la santé de l’économie mondiale.

Au palmarès du moral concernant leur affaire, les Indiens se montrent les plus allants (71 %) alors que les plus déprimés étaient les Vénézuéliens (13 %).

Les préoccupations  des patrons africains

La volatilité des taux de change arrive en tête des préoccupations des patrons africains, selon une  étude  publiée le 22 mai  par le cabinet d’audit et de conseil Pricewaterhouse Coopers (PwC). Intitulée «The Africa Business Agenda», l’étude précise que 92% des dirigeants d’entreprise africains interrogés sur les sujets qui les inquiètent entre novembre 2015 et avril 2016 ont cité la volatilité des taux de change.

L’étude PwC, qui a été menée auprès de 153 dirigeants d’entreprise en Afrique, a fait également ressortir que les réponses des gouvernements aux déficits budgétaire et fiscal ainsi qu’à la hausse de la dette publique, arrivent en deuxième position parmi les préoccupations citées avec un taux de 90%, devant la hausse des impôts (84%), l’instabilité sociale (80%), le chômage (79%), les réglementations rigoureuses (79%), les infrastructures inadéquates ( 77%) et les incertitudes géopolitiques (75%).

D’autre part, 66% des CEO africains sondés estiment que la conjoncture économique mondiale ne va pas s’améliorer durant les 12 prochains mois. 78% d’entre eux affirment cependant qu’il existe des opportunités de croissance durant les 12 prochains mois, et 90% estiment que leur entreprise va enregistrer des performances positives au cours les  trois prochaines années.

Parmi les tendances qui vont  impacter (positivement au négativement) la croissance durant les cinq prochaines années, les chefs d’entreprise africains citent les avancées technologiques 75%, un changement des perspectives de la croissance économique mondiale (58%), la rareté des ressources naturelles et le changement climatique (53%), la croissance démographique (52%) et l’urbanisation (46%).

En ce qui concerne les stratégies de croissance de leurs entreprises, 56% des patrons africains déclarent envisager des alliances stratégiques durant les 12 prochains mois, 26% prévoient de procéder à des fusions-acquisitions domestiques et 16%  s’intéressent à des fusions-acquisitions impliquant des entreprises étrangères. 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le Cardinal Monsengwo serait une personnalité « expérimentée, consensuelle, apolitique, soucieuse de l'intérêt général, gardienne des archives de la conférence nationale souveraine, base de la fondation...