Imprimer

Gambie : le retour de Adama Barrow se fait toujours attendre

Écrit par CK. le . Publié dans Afrique

Alors que l’ancien homme fort de la Gambie a quitté le pays pour se réfugier en Guinée-Equatoriale, le retour du nouveau président Adama Barrow se fait toujours attendre.

Selon les informations données par les forces de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui assurent la sécurité en Gambie, le retour d’Adama Barrow sera effectif dès lors que les conditions de sa sécurité seront garanties. Pendant ce temps, ce sont des scènes des liesses qui s’observent dans ce pays dirigé des mains de fer par Yahya Djammeh pendant plus de 20 ans.

Si Barrow attend le signal de la CEDEAO pour effectuer son back-come, les institutions, elles, n’ont pas connu un temps d’arrêt. Une ancienne ministre du régime de Yahya Jammeh a été nommée, lundi, vice-présidente de Gambie par le nouveau chef de l'Etat Adama Barrow.

M. Barrow, élu le 1er décembre, a été accueilli par Dakar à la demande de la CEDEAO, qui craignait pour sa sécurité durant les derniers jours du mandat de Yahya Jammeh. Il a prêté serment le 19 janvier à l'ambassade de Gambie dans la capitale sénégalaise.

Malgré le départ en exil de Yahya Jammeh samedi soir, qui a mis fin à six semaines d'une crise provoquée par son refus d'accepter les résultats de la présidentielle, la date du retour en Gambie du nouveau chef de l'Etat n'était toujours pas connue lundi.

Mais M. Barrow a commencé les consultations pour désigner son équipe et a nommé à la vice-présidence une responsable de sa coalition, Fatoumata Jallow Tambajang, a annoncé lundi son porte-parole, Halifa Sallah, à la presse à Banjul.

Militante des droits des femmes ayant notamment travaillé pour l'ONU, Mme Tambajang a été ministre de la Santé durant la présidence de Yahya Jammeh (1994-2017). Elle est une des responsables de la coalition qui a soutenu la candidature d'Adama Barrow, élu le 1er décembre.

Elle a récemment suscité une vive controverse en promettant, dans une déclaration à un journal, des poursuites contre Yahya Jammeh dont le régime est accusé de violations des droits de l'Homme par de nombreuses ONG internationales, alors que sa coalition affirme privilégier la création d'une commission Vérité et Réconciliation.

Fatoumata Jallow Tambajang succède à une autre femme, Isatou Njie Saidy, qui était vice-présidente depuis 1997.

Pour former la nouvelle équipe, "on a pris en considération l'équilibre" hommes-femmes mais aussi les compétences et "des consultations sont en cours pour faire en sorte que certains technocrates fassent partie du gouvernement", a dit Halifa Sallah.

Aucun calendrier n'était encore disponible sur les prochaines nominations alors que, selon le conseiller de M. Barrow, Mai Fatty, les conditions de sécurité sont encore insuffisantes pour son retour.

« Allégeance au chef de l'Etat »

"Nous attendons une déclaration publique des chefs des services de sécurité sur leur engagement de loyauté envers la République et la Constitution, ainsi que de leur allégeance au chef de l'Etat", a indiqué M. Fatty dimanche soir à Dakar.

Il a cité l'ensemble de ces services, dont l'armée, la police ou encore la très redoutée Agence nationale du renseignement (NIA).

Le chef de l'armée, le général Ousman Badjie, a affirmé lundi avoir "prêté allégeance à M. Barrow" le 19 janvier, date à laquelle il avait même été vu célébrant l'investiture avec les partisans du nouveau président près de Banjul.

Dans une déclaration lue en son nom par M. Fatty, le président Barrow a souhaité que les troupes de la Mission de la CEDEAO en Gambie (Micega) "restent en Gambie jusqu'à ce que la situation générale sur le plan de la sécurité y ait été globalement rétablie".

Ces forces poursuivront leur action jusqu'à ce que "les conditions de l'exercice effectif du pouvoir" de M. Barrow "soient réunies", a assuré le commandant de l'opération, le général sénégalais François Ndiaye.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Après avoir perçu les financements du Foner, les gouverneurs de province prélèvent illégalement des fonds à caractère provincial sous prétexte de financer les travaux de réhabilitation des routes....