A la Une

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Ingérence extérieure ?

Ingérence extérieure ?

Un sit-in des Congolais, mobilisés autour de la Nouvelle classe politique et sociale (NCPS), a...

Transactions en dollars : Trump serre les vis

Transactions en dollars : Trump serre les vis

  L’administration Trump semble plus dure que lors celle de Barack Obama qui avait privilégié la...

Imprimer

Tanganyika : pygmées et bantous décident de cohabiter

Écrit par L.P.. Publié dans Provinces

Les pygmées et les bantous ont levé l’option de cohabiter à la suite d’une mission de paix menée par la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) dans cette contrée située à une trentaine de kilomètres sur la route Kalemie-Nyunzu, rapporte radio Okapi.

Pour marquer ce symbole d’unité ethnique, un arbre a été planté par les représentants de deux communautés dans la localité de Kataki.

Les premières retombées de cette cohabitation est le retour du chef de groupement Miketo après plusieurs mois d’absence, et aussi l’annonce par la MONUSCO du projet de  réhabilitation d’une route de desserte agricole. La main-d’œuvre de cette route sera de ces deux communautés.

Le conseil territorial de sécurité à Miketo et la MONUSCO sont parvenus à aplanir les divergences.

Heureux, l’administrateur du territoire, Bernard Bokolanganya, s’est adressé à la foule en ces termes : «C’est notre troisième mission ici. Nous devons conclure. Ce qui s‘est passé est passé. Enfants, mamans, papas, regardons à présent dans la même direction, celle du développement ».

Après les mots d’encouragement du représentant de la MONUSCO, les leaders de deux communautés ont plaidé pour la paix dans cette partie du Tanganyika.

Environ cent cinquante personnes ont trouvé la mort depuis juillet dernier dans la province du Tanganyika à la suite des tensions ethniques, selon le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies en République démocratique du Congo chargé des opérations dans l’Est, Davis Gressly.

L’Agence congolaise de presse (ACP) rappelle que les peuples autochtones pygmées accueillis à la fin de l’année 2016 dans des villages de la chefferie Kansanbala, dont Maseba, Kala et Mpela, territoire de Moba, dans le Tanganyika, après leurs affrontements avec les bantous dans plusieurs localités du territoire de Kalemie, avaient brusquement changé de face en s’attaquant aux populations qui leur avaient accordé l’hospitalité.

Contacté par notre consœur, le député provincial Janvier Mpeli, élu de la circonscription électorale de Moba, a déploré que les pygmées en provenance de la localité de Mpala accueillis par les pygmées venus de territoire de Kalemie de passage à la recherche de refuge, se soient attaqués aux gens qui les ont accueillis. Ils ont causé des dégâts humains et matériels avec l’incendie des maisons, champs, dépôts de maïs, haricots et autres produits vivriers.

Le député provincial Mpeli demande aux autorités du pays de fournir des efforts pour éteindre ces conflits entre peuples pygmées et bantous qui viennent dans cinq des six territoires de la province du Tanganyika.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Sa Majesté Sanga Balende rate l’occasion de passer devant FC Renaissance. Elle a été tenue en échec par Don Bosco (1-1), en match de la 12ème journée des play-offs de la Linafoot. Elle totalise 14...