A la Une

Loi électorale : le putsch de la MP

Loi électorale : le putsch de la MP

C’est la loi du plus fort qui a fini par s’imposer au parlement en ce qui concerne le projet de...

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Casques bleus tués à Semiliki : l’inévitable enquête pour rétablir la vérité

Plusieurs interrogations demeurent sans réponse après l’attaque meurtrière contre une base...

Déficit démocratique

Déficit démocratique

Après deux cycles démocratiques en 2006 et en 2011 en République démocratique du Congo, la...

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Imprimer

Dé-castrisation

Écrit par Ben-Clet le . Publié dans Apostrophe

Le monde a assisté, au siècle dernier, à la déstalinisation. Le train de la dé-castrisation vient-il de quitter La Havane ? Voici un signe avant-coureur.

Raul Castro, frère de Fidel et président de la République, a surpris l’opinion publique. Prenant de court les Cubains, il a annoncé le 4 décembre 2016, après la cérémonie d’enterrement des cendres de Fidel à Santiago de Cuba, que, dans l’avenir, aucun lieu ni aucun monument ne porterait le nom de Fidel Castro au pays.

Son explication : «le leader de la révolution rejetait toute manifestation du culte de la personnalité ; il a été constant dans cette attitude jusque dans ses dernières heures».

Alors, l’après Fidel offrira-t-il aux nouvelles générations un nouveau Cuba et de nouvelles opportunités ? L’optimisme est permis. Exemple : la Chine et les Chinois de Mao Zédong – figure emblématique - font pâle figure face à la puissante Chine de Deng Xiaoping et de Xi Jiping.

Fidel a démenti le dicton selon lequel «on meurt comme on a vécu». Ses hauts faits d’armes ont curieusement contrasté avec la sobriété des funérailles. Tenez ! Selon ses dernières volontés, il a été incinéré et ses cendres ont été transportées dans une urne recouverte d’une coque de verre. À ses obsèques, pas de presse étrangère. Pas de retransmission de la cérémonie à la télévision d’État.

Rappel : le lider maximo s’était retiré des affaires en 2006 à la suite d’une grave opération intestinale. Il a porté le poids du Cuba, adulé par les uns, honni par d’autres. On retiendra qu’il a forgé le destin de son pays et défié la superpuissance américaine pendant 47 ans. Aux Cubains de prendre le relai et de faire mieux, en signe d’hommage au comandant.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Les investisseurs étrangers ont davantage profité du boom du secteur des ressources naturelles à partir de 2007 que le gouvernement et la population de la RDC indique un rapport récent de la Banque...