A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

L’ambassade des USA célèbre les journées Martin Luther King et de la liberté religieuse

Écrit par Bienvenu Ipan le . Publié dans Culture

Les représentants des confessions religieuses invités à cette double solennité ont partagé avec l’assistance le rôle qu’ils jouent pour la paix sociale en RDC.

L’ambassade des États Unis d’Amérique en République démocratique du Congo a commémoré, hier vendredi 13 janvier, deux journées « très importantes » célébrées le 16 janvier de chaque année aux USA.

Il s’agit de la journée Martin Luther King et de la journée nationale de la liberté religieuse. Le chargé d’affaires à l’ambassade américaine en RDC, Brown, a indiqué le sens de cette double solennité. C’était au cours d’une rencontre organisée au Centre d’études pour l’action sociale (CEPAS) situé, à Gombe.

Selon lui, la première solennité « honore Dr. King, un personnage historique, un géant du 20ème siècle, qui s’est sacrifié pour l’égalité raciale, et figure dans le panthéon des grands hommes de paix, aux côtés de Nelson Mandela et Mahatma Ghandi. Dr King, en ce sens, fait partie du patrimoine spirituel et intellectuel du monde entier ». Pour lui, Martin Luther King est aussi une source d’inspiration : «Nous cherchons à suivre l’héritage du Dr King, à nous appuyer sur nos croyances différentes non pas pour nous diviser, mais pour nous réunir et nous préparer pour le travail à venir dans la création d’un Congo stable et pacifique ».

La deuxième solennité, par contre, honore le statut de Virginie sur la liberté religieuse, un document écrit par Thomas Jefferson en 1777.

Invités à cette rencontre, les panelistes (représentants de confessions religieuses) ont dû échanger avec les participants l’engagement de chacune de ces communautés religieuses à la paix sociale en RDC.

L’archevêque de l’église anglicane aux deux Congo, Zacharie Masimango, a insisté sur la pratique dela vérité qui doit être au service de la paix. Car la vérité libère une nation. Ce principe, dit-il, doit être appliqué en RDC.

Le représentant de l’église catholique, le père Marcous Bindungwa, a appelé à l’application de la justice qui élève une nation. Selon le prélat, justice et paix marchent de paire. Face aux pauvres, cette justice doit se faire accompagner des œuvres de la charité. Il a également pu démontrer que depuis de lustres, l’église catholique a toujours joué un rôle important pour la paix et la justice en RDC. Ce, sur le plan tant politique, social que de la santé.

Mgr Mpereboye Mpere de l’église protestante est intervenu à cette rencontre en tant que pasteur baptiste. Il estime que« la pratique de la justice socioéconomique est l’une des conditions d’une paix durable dans un pays ». Il poursuit, à cet effet, que « la population doit être au centre de toutes les préoccupations des gouvernants pour qu’il y ait une véritable paix sociale ». Ce qui, selon ce professeur, n’est malheureusement pas le cas pour la RDC. Raison pour laquelle il « dénonce l’injustice sociale en RDC qui provoque la frustration chez beaucoup de Congolais avec comme conséquences les viols, violences, guerres, etc ». Donc, pour lui, la justice socioéconomique conditionne la paix et celle-ci conditionne le développement national.

 

Le secrétaire général à la Communauté islamique du Congo (COMICO), Idriss Kapengo, a salué les engagements des chrétiens à la paix sociale qui ressemblent à ceux de l’Islam.Il a fait savoir que l’Islam promeut la paix par l’éducation (à la justice, la charité, l’équité), le travail avec les autres confessions religieuses, la participation.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.