A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

Lubumbashi : destruction des constructions anarchiques au cimetière de Kamasaka

Écrit par Rédaction le . Publié dans Brèves

Des maisons ont été construites anarchiquement au cimetière de Kamasaka, au quartier Luwowoshi, dans la commune Annexe à Lubumbashi par des personnes sans foi ni loi qui ont procédé à la profanation des tombes en détruisant plusieurs croix, même celles qui datent du mois de décembre 2016.

Aussitôt informé de cette situation, le bourgmestre de la commune Annexe Kahozi, Bin Malisawa, s’est rendu sur les lieux pour le constat et a ordonné à la destruction de ces maisons, œuvre des hors-la-loi qui n’ont aucune notion de respect dû aux morts.

Il a lancé une sévère mise en garde contre toute personne qui s’hasarderait à occuper une portion de terre dans le cimetière.

Le cimetière de Kamasaka est toujours opérationnel et quelques personnes de la ville de Lubumbashi continuent d’inhumer les leurs et la profanation des tombes est une infraction passible des peines de servitude pénale allant de six mois à cinq ans, rappelle-t-on.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Un millier de personnes ont manifesté samedi 18 novembre 2017 à Paris contre des cas d'esclavage en Libye dénoncés dans un documentaire choc de la chaîne américaine CNN....