A la Une

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Affaire Kamuina Nsapu-Clément Kanku : le PGR se saisit du dossier

Ce sont les révélations faites par le quotidien américain New York times concernant l’implication...

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

Assemblées de la Bad à Ahmedabad : passer de l’agriculture sociale à l’agro-business

En Inde où se tiennent jusqu’au 26 mai les assemblées annuelles de la Banque africaine de...

Donner un signal fort

Donner un signal fort

Nommé le 7 avril, le Premier ministre Bruno Tshibala, dont le gouvernement rendu public le 7...

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Imprimer

Lubumbashi : destruction des constructions anarchiques au cimetière de Kamasaka

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

Des maisons ont été construites anarchiquement au cimetière de Kamasaka, au quartier Luwowoshi, dans la commune Annexe à Lubumbashi par des personnes sans foi ni loi qui ont procédé à la profanation des tombes en détruisant plusieurs croix, même celles qui datent du mois de décembre 2016.

Aussitôt informé de cette situation, le bourgmestre de la commune Annexe Kahozi, Bin Malisawa, s’est rendu sur les lieux pour le constat et a ordonné à la destruction de ces maisons, œuvre des hors-la-loi qui n’ont aucune notion de respect dû aux morts.

Il a lancé une sévère mise en garde contre toute personne qui s’hasarderait à occuper une portion de terre dans le cimetière.

Le cimetière de Kamasaka est toujours opérationnel et quelques personnes de la ville de Lubumbashi continuent d’inhumer les leurs et la profanation des tombes est une infraction passible des peines de servitude pénale allant de six mois à cinq ans, rappelle-t-on.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’évaluation de 20 ans après la chute de Mobutu en 1997, était au cœur d’une conférence-débat tenue, le samedi 20 mai 2017 à Kinshasa Centre Catholique Nganda.