A la Une

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Le Rassemblement mobilise : non au 3ème dialogue

Plus que jamais soudé derrière le tandem Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, le Rassemblement des...

Le refrain habituel

Le refrain habituel

La République démocratique du Congo a payé un lourd tribut de sa dépendance dans son industrie...

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

La SADC demande à la Céni de publier « le calendrier électoral révisé »

Au terme de son sommet, qui s’est clôturé dimanche en Afrique du Sud, la SADC (Communauté pour...

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Imprimer

Le meilleur de 2016

Écrit par Ben-Clet. Publié dans Apostrophe

Organiser un jury crédible chargé de désigner objectivement «le meilleur» d’entre les 80 millions de Congolais au cours de l’an de grâces 2016 demeure un exercice délicat. Hautement délicat. Parce que le palmarès doit faire l’objet, non pas de l’unanimité, mais d’un compromis rationnel. Alors, quels sont les meilleurs d’entre nous ?

Le meilleur de l’homme étant dans l’homme, au Top 3 trône …  Jean Florent Ibenge. Le coach des Léopards a su redonner du baume au cœur du peuple, lorsque, en janvier 2016, l’équipe nationale a copieusement rossé les Maliens à Kigali (3-0) et ramené à Kinshasa la non-prestigieuse coupe de la 4ème édition du Championnat d’Afrique des nations (CHAN).

La deuxième marche du podium revient, de droit, au Mouvement citoyen, à la dénomination bien inspirée, de Lutte pour le changement (LUCHA). Alors que les citadins vendent globalement leur âme au diable devant des largesses suspectes du pouvoir, Fred Bauma et ses copains de la LUCHA ont, eux, décliné les cadeaux de la majorité pour exiger rien moins que des élections et l’alternance démocratique au sommet de l’État. Initialement dépeints en «terroristes» par des griots, ils ont été reçus par le président Kabila, qui a reconnu la pertinence de leur idéal.

Et la troisième marche ? Elle est occupée par la Conférence des évêques catholiques. Les prélats avaient repris le travail de médiation entre le pouvoir et l’opposition, travail bâclé par un marabout togolais. La médiation a conduit à l’Accord signé la nuit de la saint Sylvestre mettant fin à l’immense crise politique et balisant les voies consensuelles de gestion de la transition. Avant les scrutins de fin d’année.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

La première victime de Luzolo est là. Elle s’appelle Anatole Kikwa, ancien directeur général de l’Ogefrem. Il doit répondre vendredi prochain à une convocation du cabinet du Procureur général de la...