A la Une

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Soutien à l’agriculture : la BAD promet 2,4 milliards Usd de financement par an

Soutien à l’agriculture : la BAD promet 2,4 milliards Usd de financement par an

C’est parti avec les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD). C’est...

Pari difficile

Pari difficile

Le chef de l’État a enjoint aux membres du gouvernement Tshibala d’être réellement au service...

CNSA : les membres bientôt connus

CNSA : les membres bientôt connus

La présidence de la République est en possession de différentes propositions des parties...

Imprimer

Un diamant de 87 carats produit par la MIBA

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

La société Minière de Bakwanga (MIBA), une entreprise mixte belgo-congolaise implantée à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï Oriental, a produit une gemme de plus de 87 carats, d’une valeur estimée à plus de 6.000.000 de dollars, annonce l’Agence congolaise de presse (ACP) qui ne précise cependant pas la date exacte à laquelle cette pierre a été découverte. Cette gemme, appellation précise d’une pierre précieuse ou d’un diamant blanc, est issue d’un tamisage de kimberlite à la Nouvelle laverie de kimberlite (NLK) de la MIBA. Certains géologues de cette société ont affirmé que cette pièce fabuleuse serait d’une grande valeur par rapport à la précédente de 146,80 carats produite au mois de décembre dernier, à partir des rejets par le service de traitement d’échantillon géologique de la MIBA. Grâce au produit de vente de ces deux pierres précieuses, la MIBA peut, petit à petit, se relancer avec l’achat d’outils de production et le paiement de son personnel avant l’intervention des bailleurs de fonds, estime-t-on.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir