A la Une

Enrôlement des électeurs : la Céni met le cap sur le Kasaï

Enrôlement des électeurs : la Céni met le cap sur le Kasaï

Elections sans l’espace Kasaï ? Corneille Nangaa  avait évoqué cette hypothèse en mai dernier...

750 millions USD portés disparus dans les mines : le gouvernement recadre Global Witness

750 millions USD portés disparus dans les mines : le gouvernement recadre Global Witness

Le gouvernement affiche toute sa sérénité sur le dernier rapport de Global Witness notamment en...

Le MLC désapprouve Olenghankoy et claque la porte du CNSA

Le MLC désapprouve Olenghankoy et claque la porte du CNSA

A la suite de la réunion des délégués des différentes composantes au CNSA qui a eu lieu ce...

Grande déception

Grande déception

L’Accord du 31 décembre 2016 est systématiquement foulé au pied par la Majorité présidentielle...

La nouvelle feuille de route du Rassemblement

La nouvelle feuille de route du Rassemblement

Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement a finalement clôturé,...

Imprimer

Un diamant de 87 carats produit par la MIBA

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

La société Minière de Bakwanga (MIBA), une entreprise mixte belgo-congolaise implantée à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï Oriental, a produit une gemme de plus de 87 carats, d’une valeur estimée à plus de 6.000.000 de dollars, annonce l’Agence congolaise de presse (ACP) qui ne précise cependant pas la date exacte à laquelle cette pierre a été découverte. Cette gemme, appellation précise d’une pierre précieuse ou d’un diamant blanc, est issue d’un tamisage de kimberlite à la Nouvelle laverie de kimberlite (NLK) de la MIBA. Certains géologues de cette société ont affirmé que cette pièce fabuleuse serait d’une grande valeur par rapport à la précédente de 146,80 carats produite au mois de décembre dernier, à partir des rejets par le service de traitement d’échantillon géologique de la MIBA. Grâce au produit de vente de ces deux pierres précieuses, la MIBA peut, petit à petit, se relancer avec l’achat d’outils de production et le paiement de son personnel avant l’intervention des bailleurs de fonds, estime-t-on.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

A l’audience du jeudi 21 juillet 2017 dans le procès qui oppose le ministère public aux assassins présumés des experts de l’ONU Michaël Sharp et Zaida Catalan, le témoin Jean-Bosco Mukanda à accusé...