A la Une

Bon pour le placard

Bon pour le placard

Sous le soleil, la trahison n’a jamais payé. Car, à fin de compte, comme dans un film de...

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

La MP et ses nouveaux alliés débauchés dans le Rassemblement ont réussi leur show jeudi au...

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution  2348 du Conseil de sécurité

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution 2348 du Conseil de sécurité

La cérémonie de signature de l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016 a bel et...

Signature ce jeudi  de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

Signature ce jeudi de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

C’est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce...

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

L’opération d’enrôlement des électeurs démarre, ce dimanche 30 avril 2017, dans les aires...

Imprimer

Un diamant de 87 carats produit par la MIBA

Écrit par Rédaction. Publié dans Brèves

La société Minière de Bakwanga (MIBA), une entreprise mixte belgo-congolaise implantée à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï Oriental, a produit une gemme de plus de 87 carats, d’une valeur estimée à plus de 6.000.000 de dollars, annonce l’Agence congolaise de presse (ACP) qui ne précise cependant pas la date exacte à laquelle cette pierre a été découverte. Cette gemme, appellation précise d’une pierre précieuse ou d’un diamant blanc, est issue d’un tamisage de kimberlite à la Nouvelle laverie de kimberlite (NLK) de la MIBA. Certains géologues de cette société ont affirmé que cette pièce fabuleuse serait d’une grande valeur par rapport à la précédente de 146,80 carats produite au mois de décembre dernier, à partir des rejets par le service de traitement d’échantillon géologique de la MIBA. Grâce au produit de vente de ces deux pierres précieuses, la MIBA peut, petit à petit, se relancer avec l’achat d’outils de production et le paiement de son personnel avant l’intervention des bailleurs de fonds, estime-t-on.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...