A la Une

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Le dernier rapport des Nations unies sur la RDC, rendu public le dimanche 13 août et présenté...

Toute la vérité

Toute la vérité

Les violences et violations des droits de l’Homme en République démocratique du Congo ont pris...

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Imprimer

Tenir bon

Écrit par Le Potentiel. Publié dans Online Dépêches

Le temps presse et l’Accord du 31 décembre 2016 doit être appliqué en commençant, notamment, par un compromis sur le gouvernement. Hélas ! Cette poursuite des négociations du Centre interdiocésain est l’étape « la plus difficile ».

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) le reconnaît bien. Il lui faudra donc mettre les bouchées doubles pour aller jusqu’au bout, sans heurts ni tumultes.

Les évêques, qui ont déjà réussi à faire l’essentiel, c’est-à-dire arracher la signature de l’accord politique, devront doubler d’ardeur pour mener à bon port la suite des négociations. Surtout la question sensible de partage des portefeuilles de l’exécutif pour ne pas favoriser un camp et frustrer l’autre. Ils devront également veiller à ce que les appétits égoïstes de certains acteurs politiques ne bloquent la machine des négociations.

On peut ne pas le dire haut et fort, les yeux avertis le voient : comme pour le dialogue de la cité de l’Union africaine, celui du Centre interdiocésain n’a pas échappé à la logique du partage du pouvoir (du gâteau comme on le dit souvent ici).

A ce stade, les évêques devront surtout garder leur intégrité pour ne pas se laisser salir dans ce marigot politique où les caïmans ne se font pas de cadeaux. Surtout dans un pays où les gens veulent tous devenir « milliardaires » et enrichir leurs amis sans qu’on leur pose des questions. Et quand on les leur pose, ils savent comment répondre pour s’en sortir.

Que dire ? Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement, enseigne l’adage. A moins de vouloir quelque chose et son contraire à la fois, les acteurs politiques ne devraient pas oublier que le temps est notre grand ennemi si vraiment l’on tient à organiser les élections en décembre de cette année, conformément à l’Accord du 31 décembre 2016.

En toute chose, les évêques doivent tenir bon. Ils ont tout à gagner, en menant avec dextérité leurs bons offices… jusqu’au bout, jusqu’au compromis global et inclusif.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est le gouverneur intérimaire du Sud-Kivu, Gabriel Kalonda, qui a déclaré officiellement l’épidémie de choléra dans sa province. Deux décès sont enregistrés jusque-là. Un comité de crise a été mis...