A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

PNLTHA : la possibilité de réduire la trypanosomiase humaine africaine en RDC d’ici à 2020

Écrit par Hervé Ntumba le . Publié dans Société

En vue de réduire la trypanosomiase à l’horizon 2020 en RDC, le PNLTHA se réfère à la politique de lutte contre la maladie dont les défis visent non seulement à augmenter le taux de participation dans la lutte contre cette maladie, mais aussi à se pencher sur le dépistage.

La trypanosomiase humaine africaine, comme problème de santé publique en République démocratique du Congo, sera éliminée d’ici à 2020.  Cela, en réduisant le taux d’infection pour 1000 personnes examinées, soit 0,1%, a déclaré, lundi au cours d’un entretien avec la presse, le chargé de communication au Programme national de lutte contre la trypanosomiase humaine africaine (PNLTHA), Philémon Mansinsa.

En clair, il s’est référé à la politique nationale de lutte contre la maladie dont les défis à relever consistent, notamment à l’amélioration de la couverture en THA en RDC, qui est actuellement inférieur à 20% et doit être ramenée à plus de 80% dans les zones à haut risque, a-t-il expliqué.

Selon lui, le deuxième défi consiste à augmenter le taux de participation dans la lutte contre cette maladie. Raison pour laquelle il est utile d’appliquer les stratégies de base et de soutien. Il a, en outre, indiqué que la stratégie principale vise la réduction de la THA par le dépistage. Autrement dit, la recherche des personnes qui sont atteintes par cette maladie afin qu’elles soient soignées.

Dans les mêmes lancées, cette stratégie vise aussi la lutte anti-vectorielle par le piégeage sélectif à base communautaire et à l’assainissement du milieu. Dans cette optique, la stratégie de soutien, a-t-il indiqué, consiste à former le personnel et à donner la communication pour l’atteinte d’une participation plu accrue de la population et à assurer la surveillance épidémiologique.

Dans ce contexte, Philémon Mansinsa a fait savoir que la réalisation de toutes ces activités est facilitée par le cadre constitutionnel à trois niveaux, notamment, central (par le gouvernement exécuté par le PNLTHA), provincial (par la division de la santé avec l’appui des médecins coordonnateurs) et périphériques (par les administrateurs de territoires avec l’appui des zones de santé et des unités mobiles).

L’application des plans de communication

Les plans de communication et de revisitation des outils de lutte contre la trypanosomiase humaine africaine ont été élaborés au cours de l’atelier tenu, du 10 au 15 décembre 2016 à Kinshasa, par le ministère de la Santé publique, le PNLTHA.

En fait, ces plans permettront d’appliquer des mesures issues du dernier atelier. Cela en vue de combattre cette infection sur toute l’étendue du territoire national.   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.