A la Une

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Soutien à l’agriculture : la BAD promet 2,4 milliards Usd de financement par an

Soutien à l’agriculture : la BAD promet 2,4 milliards Usd de financement par an

C’est parti avec les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD). C’est...

Pari difficile

Pari difficile

Le chef de l’État a enjoint aux membres du gouvernement Tshibala d’être réellement au service...

CNSA : les membres bientôt connus

CNSA : les membres bientôt connus

La présidence de la République est en possession de différentes propositions des parties...

Imprimer

La RVA restructure les prix des redevances passagères à Goma

Écrit par Olivier Kaforo. Publié dans A la Une

La Régie des voies aériennes (RVA) vient de rendre publique une nouvelle tarification concernant les redevances passagères. Dans un communiqué rendu public depuis le 30 décembre 2016, la RVA éclaire l’opinion sur les redevances passagères à payer à l’embarquement à partir du 1er janvier de l’année en cours à l’aéroport international de Goma. Les aérodromes sont aussi concernés par cette nouvelle disposition.

Selon ce nouveau tarif, le passager doit payer 41,6 USD à l’embarquement dont 20 USD comme droit d’embarquement, 10 USD de sûreté, 5 USD de sécurité ainsi que 5,6 USD comme Taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Pour les vols internationaux, la RVA exige de chaque passager de s’acquitte du paiement de 58 dollars américains, en raison de 35 USD de taxe d’embarquement, 15 USD de sûreté et 8 USD de la TVA. Quant aux passagers dont les avions empruntent les aérodromes, ils ne sont soumis qu’au paiement de 5 USD de sûreté.

Selon certains analystes, ce nouveau tour de vice risque de ne pas faire la joie des voyageurs.

La RDC est un pays-continent. Curieusement, relèvent des analystes, elle ne dispose pas suffisamment de voies routières, ferroviaires ou fluviales répondant aux standards internationaux.Certaines provinces ne sont même pas connectées. Des efforts ne sont presque pas fournis pour améliorer cette situation. Des aéroports, aérodromes ainsi que d’autres pistes d’atterrissage et de décollage sont parfois mal entretenus.

Il y a quelques années, l’Administrateur délégué général (Adg) de la RVA avait exprimé un satisfecit pour la perception de la redevance voyageur. Six mois après son lancement, la direction générale de la Régie des voies aériennes (RVA), qui exprimait ainsi sa satisfaction face à l’évolution du processus de perception d’une redevance auprès des voyageurs, sur toute l’étendue de la République, avait dit que cette manne financière servirait à la réfection des aéroports de la RDC.

« Le mécanisme de perception était établi en accord avec les banques. Et, cela est entré dans les mœurs…», avait-on indiqué.

Cette redevance était perçue sur chaque voyageur par avion au départ d’un aéroport établi sur le sol congolais. Pour les vols internationaux, elle s’est élevée à 50 USD et à 10 USD pour les vols domestiques.

La plupart des infrastructures aéroportuaires de la RDC sont hors normes, selon le constat dressé à la fois par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), les compagnies aériennes, les passagers et autres. L’une des causes de crashs d’avions enregistrés ces dernières années dans le pays, c’est le mauvais état des pistes d’atterrissage et de décollage. Certains aéroports ne possèdent pas de tour de contrôle, de radar pour la surveillance de trafic et autres.

Après analyse de la situation sur le terrain et l’audit technique, la RVA a initié cette redevance, qui a été approuvée par les autorités du pays.

Pour certains analystes, ce mécanisme permet de créer un fonds de contre garantie pour que les banques ouvrent des lignes de crédit.

Dans d’autres pays, cette redevance est incorporée dans le prix du billet. Mais, en RDC, cela n’a pas été possible à cause notamment de la « méfiance des compagnies aériennes dues aux problèmes du passé ».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook FanBox