A la Une

Des dirigeants congolais sur la shortlist de la CPI

Des dirigeants congolais sur la shortlist de la CPI

L’assassinat en mars dernier de deux experts des Nations unies dans le Kasaï reste d’actualité....

Tôt ou tard

Tôt ou tard

Rien n'est gratuit en ce bas monde. Tout s'expie, le bien comme le mal, se paie tôt ou tard....

Assassinat de deux experts onusiens au Kasaï, trafic de minerais et d’armes, … : Nouvelles révélations des Nations unies

Assassinat de deux experts onusiens au Kasaï, trafic de minerais et d’armes, … : Nouvelles révélations des Nations unies

L’assassinat en mars dernier dans des conditions dramatiques de deux experts onusiens dans le...

Interpellation !

Interpellation !

Un nouveau rapport des Nations unies a été rendu public, le dimanche 13 août, à la suite...

Résumé du rapport final du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo

Résumé du rapport final du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo

L’assassinat  de  deux  de  ses  membres  – Michael  Sharp,  coordonnateur  et spécialiste  ...

Imprimer

Kikwit : les épargnants de la Coopec « Saint François Xavier » réclament près de 400 millions CDF à la BCC

Écrit par O.K. Publié dans Economie

Le collectif d’épargnants de la Coopérative d’épargne et de crédit (Coopec) dénommée « Saint François Xavier » de la ville de Kikwit, dans la province de Kwilu, réclame près de 400 millions de francs congolais à la Banque centrale du Congo (BCC). Cette institution financière ne reconnaît pas à ce collectif le droit de lui réclamer un tel montant.

Les frais réclamés par ce collectif est un montant logé, sur ordre de ses auditeurs, dans un compte à l’agence de la BCC à Kikwit dont les bénéficiaires ont perdu de trace. A ce jour, ces épargnants ne savent à quel saint se vouer.

Dans une déclaration faite sur les antennes de Radio Okapi, un membre de ce collectif a rassuré que les démarches sont en cours pour retracer la destination de cet argent.

Selon lui, un comité de crise a été mis en place par les membres du collectif, en vue de faire un état des lieux de la situation réelle de cette coopérative de triste mémoire. C’est alors que le comité de crise mis en place par le collectif d’épargnants décide de retrouver les traces et la destination de leur argent. Ils décident ainsi de relancer la coopérative, moyennant une seconde mise de fonds, sur recommandation de l’ancien gouverneur de la BCC, Jean-Claude Masangu Mulongo.

Contacté, le président de ce comité de crise, Henri Ngenda a clarifié la situation. « C’est au moment où les membres avaient repris à alimenter leurs comptes, y compris les parts sociales des membres du comité de crise logés à la Banque internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC), qu’un groupe d’auditeurs de la BCC venu de Kinshasa révèle que la BCC ne peut liquider la Coopec, ni remettre les membres de la coopérative dans leurs droits », a-t-il déclaré.

A la BCC, on estime que c’est aux débiteurs de la Coopec défaillante que les épargnants doivent s’adresser.

Pour sa part, le chef de la délégation des liquidateurs de la Coopec Saint François Xavier, Alphonse Mbiya, précise que le travail est en train d’être fait pour étudier les voies et moyens de récupérer de l’argent auprès des débiteurs de la Coopec afin de remettre les épargnants dans leurs droits. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Environs 1,3 million de dollars américains (1,2 million de francs suisses) et de trois millions d’euros, c’est le nouveau financement à l’aide humanitaire du Gouvernement suisse et hollandais.