A la Une

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Enquêtes sur l’assassinat de deux experts de l’ONU : Kinshasa pris à partie

Lundi dernier, à New-York, Nikki Haley, ambassadrice des USA à l’ONU a recadré le chef de la...

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC: Devoir d’agir

Le cas RDC s’est invité, encore une fois, sur la table du Conseil de sécurité des Nations...

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Prédisant une forte probabilité de fraude-Machine à voter : rejet de Washington

Contre la volonté de la Céni d’imposer par tous les moyens la machine à voter lors des scrutins...

Des zones d’ombre

Des zones d’ombre

L’arrivée des bovidés, en décembre dernier, dans les provinces du Kwilu et Kwango, continue de...

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

RDC-25 février : une 3ème marche pour « dire non à la dictature »

Après les deux marches pacifiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, le Comité laïc de...

Imprimer

La voirie en question

Écrit par L.P. le . Publié dans Online Dépêches

Dans quel état se trouverait la voirie de Kinshasa si les ministères, national et provincial, en charge du secteur disponibilisaient des financements dédiés justement à la réhabilitation des principales artères de la ville ? Les Kinois trouveraient-ils un alibi pour dénoncer les actions en trompe-l’œil de l’Office des voiries et drainage (OVD) ?

Ces questions, c’est principalement la population qui se les pose. En face, elle ne trouve pas d’interlocuteur. Pour se dédouaner, le gouverneur de la ville se refugie derrière le gouvernement central. À tort ou à raison, il lui fait endosser la responsabilité de la décrépitude des artères de la capitale, l’accusant de traîner les pieds pour «rétrocéder» aux entités décentralisées leur part de revenus collectés localement au titre d’impôts, taxes et redevances diverses.

Dire que l’Hôtel de ville et le gouvernement central ont démissionné sur ce sujet n’est pas un crime de lèse-majesté. Encore moins de la diffamation. Que la presse dénonce la passivité des gouvernants ne devrait pas être assimilé à de l’intox.

Que les inconditionnels de la médiocrité et de la médiocratie prennent de la hauteur. Ils sont invités à faire un tour, notamment à la Gombe, quartier administratif et des affaires : ils seront bien déçus. Car l’état déplorable des artères et des avenues les dissuadera de poursuivre la ballade à travers les communes. À moins de vouloir s’embourber pour longtemps ou de méchamment casser les amortisseurs de leurs 4x4.

L’image de Kinshasa, capitale de la RDC, devrait devenir le souci des gouvernants et des gouvernés. Préserver cette image par rapport aux autres capitales africaines passe essentiellement par la praticabilité des routes et la maintenance des ouvrages de drainage. En cas de défaillance des autorités, comme c’est le cas, une presse responsable se doit de les rappeler à l’ordre.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’objectif est de contribuer à réduire la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans ainsi que de subvenir aux besoins nutritionnels de 12 000 femmes enceintes et...