A la Une

Julien Paluku alerte sur une nouvelle guerre au Nord-Kivu

Julien Paluku alerte sur une nouvelle guerre au Nord-Kivu

Cette fois-ci, c’est le gouverneur de la province du Nord-Kivu, lui-même, qui sonne l’alerte....

Dans un message prononcé lundi à Lubumbashi, Kabila tranche : pas d’élections sans le Kasaï

Dans un message prononcé lundi à Lubumbashi, Kabila tranche : pas d’élections sans le Kasaï

A peine revenu d’Afrique du Sud où il a participé dimanche à la Commission mixte RDC – Afrique du...

Effet contagion

Effet contagion

Cela n’arrive pas tous les jours. Un cortège officiel  a été caillassée par une population en...

Nationalité de Katumbi : O. Kamitatu dénonce un montage grossier

Nationalité de Katumbi : O. Kamitatu dénonce un montage grossier

Le régime de Kinshasa s’est inscrit dans un schéma d’exclure définitivement de la scène politique...

Un couple infernal

Un couple infernal

Les propos du président sud-africain, Jacob Zuma, lors de sa rencontre à Pretoria dimanche 25...

Imprimer

Il n’y aura rien !

Écrit par Ben-Clet. Publié dans Apostrophe

« Il n'y aura rien! Il n'y aura rien!». Ce refrain a été répété à maintes reprises avec arrogance, sur un air sarcastique, par d’honnêtes plaisantins. C’était à l’avant-veille de l’emblématique 19 décembre 2016.

L’opinion aimerait savoir, aujourd’hui, s’il ne s’était effectivement rien passé ce jour-là. Dans tous les cas, la réponse à cette interrogation est fonction du degré de malhonnêteté de celui qui y répond.

La vérité est qu’il s’est passé pas mal de choses inacceptables. Pour ne pas effaroucher les Apostrophiles, voire les Apostrophobes, voici un échantillon de quelques cas anecdotiques.

En vérité, ce jour-là, le soleil s’est nonchalamment levé à l’est pour se coucher à l’ouest, comme le jour où Hitler se suicida en Allemagne ; comme le jour où Little boy cracha un champignon de feu sur Hiroshima le 6 août 1945 ; comme le jour où Mobutu s’exila.

En vérité, ce jour-là, la République a pleuré des dizaines de ses fils et filles arrachés à la vie, par des balles crachées par des armes de guerre.

En vérité, ce jour-là, la République a été contrainte de mobiliser des milliers de policiers et de soldats à travers le pays, pour faire face à d’éventuels manifestants pro-démocratie en colère.

En vérité, ce jour-là, la République a débloqué des sommes extra-budgétaires en vue de motiver les troupes déployées ça et là.

En vérité, ce jour-là, la République a été plongée dans une ville morte «nationale» : pas de commerce, pas de trafic routier, pas d’écoles, pas d’administration.

 

En vérité, ce jour-là, la République a coupé les réseaux sociaux, les ennemis jurés de «sa» démocratie. Avec tout ça, vous dites que rien ne s’était vraiment passé ?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

La dépréciation du franc congolais face aux devises étrangères est due à la pénurie de devises, l’ajustement difficile au niveau du Trésor public et la spéculation, justifie la Banque centrale du...