A la Une

Le pays va très mal, debout Congolais: un message percutant des évêques congolais

Le pays va très mal, debout Congolais: un message percutant des évêques congolais

« Le pays va très mal. Debout Congolais ! Décembre 2017 approche ». C’est ainsi que les évêques...

Bruits des bottes

La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et...

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Imprimer

La police perturbe la conférence de presse des avocats de Franck Diongo

Écrit par L.P.. Publié dans Faits divers

Des blessés, des journalistes en fuite, des chaises en plastique cassées et du matériel de sonorisation détruit. C’était la débandade au siège du MLP de l’opposant Franck Diongo, condamné à 5 ans de servitude pénale principale.

La conférence de presse des avocats de Franck Diongo organisée, hier lundi 9 janvier au siège de son parti sur l’avenue de l’Enseignement à Kasa-Vubu, a été perturbée par des éléments de la Police nationale congolaise. Ces derniers ont débarqué sur les lieux pour disperser violemment des centaines de membres de cette formation politique venus suivre le message de ce collectif.

Une débandade s’en est suivie. Plusieurs personnes ont été blessées et acheminées dans des centres de santé, des journalistes ont vite quitté les lieux, des chaises en plastique cassées et de matériel de sonorisation détruit.

Avant cette dispersion, Me Bondo, membre du collectif des avocats du Diongo, s’est exprimé en ces termes : « Franck Diongo est condamné à cinq ans de prison par une juridiction qui n’existe pas. La Cour suprême de justice a été dissoute depuis le 15 novembre 2016 par une ordonnance présidentielle. Et que 30 jours après la publication de l’ordonnance dans le journal officiel, soit le 15 décembre, la nouvelle disposition entre en application ». Et de poursuivre : « Donc, la Cour suprême ne peut plus faire office de la Cour de cassation. Les juges de l’ancienne Cour suprême de justice ne peuvent plus se muer en juges ». Bien plus, le procès a été, selon lui, éminemment politique.

Pour rappel, le député national Franc Diongo a été arrêté le 19 décembre 2016 à son domicile, en marge des manifestions appelant au départ de Joseph Kabila arrivé fin mandat. Il a été condamné pour 5 ans de servitude pénale pour « séquestration » des militaires.

 

 

Articles récents

L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations civiles, par les miliciens de la mouvance Kamuina Nsapu, les forces nationales de sécurité, et des groupes dits...