A la Une

CNSA : les membres bientôt connus

CNSA : les membres bientôt connus

La présidence de la République est en possession de différentes propositions des parties...

Luanda persiste…

Luanda persiste…

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la RDC a séjourné vendredi et...

Assassinat des experts onusiens : imminence des audiences publiques

Assassinat des experts onusiens : imminence des audiences publiques

La vérité pourrait éclater au grand jour avec les audiences publiques qui vont incessamment...

Pacification de la RDC, du Burundi et de la RCA: L’Angola veut aller vite

Pacification de la RDC, du Burundi et de la RCA: L’Angola veut aller vite

Le nouveau shérif de l’Afrique centrale intronisé par les Etats-Unis et des pays de la...

Sortie de crise en RDC : Washington se rapproche de Luanda

Sortie de crise en RDC : Washington se rapproche de Luanda

C’est peut-être sur l’axe Washington et Luanda que pourrait bien se dénouer la crise politique...

Imprimer

La police perturbe la conférence de presse des avocats de Franck Diongo

Écrit par L.P.. Publié dans Faits divers

Des blessés, des journalistes en fuite, des chaises en plastique cassées et du matériel de sonorisation détruit. C’était la débandade au siège du MLP de l’opposant Franck Diongo, condamné à 5 ans de servitude pénale principale.

La conférence de presse des avocats de Franck Diongo organisée, hier lundi 9 janvier au siège de son parti sur l’avenue de l’Enseignement à Kasa-Vubu, a été perturbée par des éléments de la Police nationale congolaise. Ces derniers ont débarqué sur les lieux pour disperser violemment des centaines de membres de cette formation politique venus suivre le message de ce collectif.

Une débandade s’en est suivie. Plusieurs personnes ont été blessées et acheminées dans des centres de santé, des journalistes ont vite quitté les lieux, des chaises en plastique cassées et de matériel de sonorisation détruit.

Avant cette dispersion, Me Bondo, membre du collectif des avocats du Diongo, s’est exprimé en ces termes : « Franck Diongo est condamné à cinq ans de prison par une juridiction qui n’existe pas. La Cour suprême de justice a été dissoute depuis le 15 novembre 2016 par une ordonnance présidentielle. Et que 30 jours après la publication de l’ordonnance dans le journal officiel, soit le 15 décembre, la nouvelle disposition entre en application ». Et de poursuivre : « Donc, la Cour suprême ne peut plus faire office de la Cour de cassation. Les juges de l’ancienne Cour suprême de justice ne peuvent plus se muer en juges ». Bien plus, le procès a été, selon lui, éminemment politique.

Pour rappel, le député national Franc Diongo a été arrêté le 19 décembre 2016 à son domicile, en marge des manifestions appelant au départ de Joseph Kabila arrivé fin mandat. Il a été condamné pour 5 ans de servitude pénale pour « séquestration » des militaires.

 

 

Articles récents

Depuis la décision d’un groupe de députés provinciaux de l’Équateur de déchoir le gouverneur de leur province, des voix s’élèvent pour dénoncer les dilatoires visant à nuire à certaines autorités...