A la Une

Application de l’accord inclusif : les prolongations

Application de l’accord inclusif : les prolongations

Les choses tirent en longueur au siège de la Cenco où chaque jour de nouvelles exigences...

CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

Bonne opération pour la RDC qui a évité la défaite face à la Côte d’Ivoire (2-2). Tout se...

Sassou à la rescousse de la CENCO

Sassou à la rescousse de la CENCO

Agacés par les manœuvres dilatoires des parties signataires de l’Accord du 31 décembre 2016,...

RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

Entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement, c’est la guerre des postes au sein des...

CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

Les Léopards ont besoin d’une deuxième victoire en vue d’arracher la qualification pour les...

  • Application de l’accord inclusif : les prolongations

    Application de l’accord inclusif : les prolongations

    samedi 21 janvier 2017 12:14
  • CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

    CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

    samedi 21 janvier 2017 07:15
  • Sassou à la rescousse de la CENCO

    Sassou à la rescousse de la CENCO

    vendredi 20 janvier 2017 10:31
  • RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

    RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

    vendredi 20 janvier 2017 09:25
  • CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

    CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

    vendredi 20 janvier 2017 07:11
Imprimer

Les campagnes de vaccination attendues pour combattre la fièvre jaune

Écrit par Hervé Ntumba . Publié dans Société

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) appuie la mise en œuvre du Plan national de communication dans la prévention sur la lutte anti vectorielle en vue de contribuer au contrôle de l’épidémie de la fièvre jaune, indique un document de cette organisation internationale.

Dans le but de riposter contre cette pandémie, un Plan national de communication a été élaboré en vue d’appuyer les campagnes de vaccination et certaines activités de prévention. Dans cette optique, l’objectif général visé à ce projet est de contribuer à la prévention et à la réduction du risque de la fièvre jaune au sein de la communauté à travers les zones de santé de la République démocratique du Congo.

Dans ce cas, cinq zones de santé ont été ciblées dans la province de Kongo Central, cinq zones de santé dans la province du Kwango, six zones de santé  pour le Kasaï Central, quatre zones de santé dans la province du Lualaba et trente cinq zones dans la province de Kinshasa. En clair, ce Plan national de communication permettra d’enrayer cette épidémie à travers les campagnes de vaccination.

Parmi les attentes du projet de communication, il faut atteindre les autorités politico-administratives, religieuses, traditionnelles et des chefs locaux jusque dans les quartiers afin qu’elles développent des actions de lutte anti-vectorielle et sensibilisent leurs communautés de base à la prévention de la fièvre jaune.

En outre, le projet compte également amener les réseaux associatifs, écoles, médias etc. Dans ce sens, il importe de tenir compte aussi des quartiers et des villages à diffuser les messages de prévention de la fièvre jaune. Cela en vue de renforcer l’immunité collective dans les villages, quartiers et rues. Dans ce contexte, les réseaux mettront en œuvre des actions facilitant l’engagement des membres à adopter des comportements individuels et collectifs sur la prévention de la fièvre jaune, indique-t-on.

Dans les mêmes lancées, les approches de mise en œuvre du projet visent notamment la participation et l’implication des relais communautaires. Raison pour laquelle  des leaders et des responsables des réseaux associatifs (Eglises et ONG) dans certaines zones de santé dont Maluku I, Maluku II et Kisenso sont appelés s’y impliquer.