A la Une

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Alternance démocratique : Un front de résistance est né à Paris

Au moment où la crise politique s’enlise, des mouvements citoyens et quelques personnalités ont...

La résistance s’organise

La résistance s’organise

Une stratégie commune pour obtenir le départ du régime de Kinshasa avant la fin de l’année, voilà...

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Meurtre de deux experts onusiens : Washington exige une « enquête complète »

Le dernier rapport des Nations unies sur la RDC, rendu public le dimanche 13 août et présenté...

Toute la vérité

Toute la vérité

Les violences et violations des droits de l’Homme en République démocratique du Congo ont pris...

3ème dialogue : l’UDPS non partante

3ème dialogue : l’UDPS non partante

Après avoir secoué dans tous les sens l’UDPS par la nomination de Samy Badibanga, suivie de celle...

Imprimer

Les campagnes de vaccination attendues pour combattre la fièvre jaune

Écrit par Hervé Ntumba . Publié dans Société

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) appuie la mise en œuvre du Plan national de communication dans la prévention sur la lutte anti vectorielle en vue de contribuer au contrôle de l’épidémie de la fièvre jaune, indique un document de cette organisation internationale.

Dans le but de riposter contre cette pandémie, un Plan national de communication a été élaboré en vue d’appuyer les campagnes de vaccination et certaines activités de prévention. Dans cette optique, l’objectif général visé à ce projet est de contribuer à la prévention et à la réduction du risque de la fièvre jaune au sein de la communauté à travers les zones de santé de la République démocratique du Congo.

Dans ce cas, cinq zones de santé ont été ciblées dans la province de Kongo Central, cinq zones de santé dans la province du Kwango, six zones de santé  pour le Kasaï Central, quatre zones de santé dans la province du Lualaba et trente cinq zones dans la province de Kinshasa. En clair, ce Plan national de communication permettra d’enrayer cette épidémie à travers les campagnes de vaccination.

Parmi les attentes du projet de communication, il faut atteindre les autorités politico-administratives, religieuses, traditionnelles et des chefs locaux jusque dans les quartiers afin qu’elles développent des actions de lutte anti-vectorielle et sensibilisent leurs communautés de base à la prévention de la fièvre jaune.

En outre, le projet compte également amener les réseaux associatifs, écoles, médias etc. Dans ce sens, il importe de tenir compte aussi des quartiers et des villages à diffuser les messages de prévention de la fièvre jaune. Cela en vue de renforcer l’immunité collective dans les villages, quartiers et rues. Dans ce contexte, les réseaux mettront en œuvre des actions facilitant l’engagement des membres à adopter des comportements individuels et collectifs sur la prévention de la fièvre jaune, indique-t-on.

Dans les mêmes lancées, les approches de mise en œuvre du projet visent notamment la participation et l’implication des relais communautaires. Raison pour laquelle  des leaders et des responsables des réseaux associatifs (Eglises et ONG) dans certaines zones de santé dont Maluku I, Maluku II et Kisenso sont appelés s’y impliquer.       

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est le gouverneur intérimaire du Sud-Kivu, Gabriel Kalonda, qui a déclaré officiellement l’épidémie de choléra dans sa province. Deux décès sont enregistrés jusque-là. Un comité de crise a été mis...