Imprimer

Kinshasa interdit l’importation de la viande de porc provenant de la Belgique

Écrit par Stanislas Ntambwe le . Publié dans Online Dépêches

Cette viande de porc en provenance de la Belgique serait impropre à la consommation.

Le Gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) interdit toute importation de viande de porc en provenance de la Belgique. Selon le Ministère congolais du Commerce extérieur, cette viande contiendrait un composant chimique très dangereux.

Il sied de relever que cette mesure préventive est justifiée officiellement par les impératifs de Santé publique. Elle fait suite à l’alerte de la délégation de l’UE à Kinshasa, faisant état de la présence de Sulfadiazine (un composant chimique très dangereux pour la consommation humaine) dans une cargaison de viandes qui aurait transité par la Belgique, en direction de l’Afrique centrale.

Dans un communiqué, l’Union européenne demandait aux pays de l’Afrique centrale de ne pas autoriser l’entrée, sur leurs territoires, de cette viande de porc belge. Car, impropre à la consommation.

Prévention ou retard

Le ministre congolais du Commerce extérieur, Aimé Boji, justifie cette interdiction qu’il juge « préventive », par l’impératif de « protéger les consommateurs congolais ». Ce, explique-t-il, « après avoir transmis l’information à la commission interministérielle phytosanitaire qui a siégé sur la question et nous a recommandé de prendre cette mesure jusqu’à nouvel ordre ».

« On va évaluer la mesure au courant de la semaine, pour établir s’il n’y a pas eu de quantité de cette viande qui a atteint le territoire congolais et qui est en vente. Dans lequel cas, on fera tout pour retirer ces viandes du marché. Dans le cas où il n’y aura pas la présence de cette viande de porc sur le marché, on va éventuellement lever la mesure au moment opportun », a déclaré Aimé Boji.

Cependant, d’autant plus que l’alerte de l’UE est arrivée à point nommé, le président de l’Association des consommateurs des produits vivriers en RDC, Patrice Musoko Mbuyi regrette le fait que la mesure du gouvernement soit arrivée « en retard ». Alors que « cette viande du porc belge était déjà sur le marché et consommée par la population congolaise», déplore-t-il.

Veiller

« Ces viandes de porc interdites ont des résidus antibiotiques », affirme Patrice Musoko Mbuyi, estimant que les autorités du pays devraient prendre cette mesure avant les festivités de nouvel an et de Noël. Par conséquent, il demande aux consommateurs de « faire très attention lorsqu’on veut consommer la viande ».

Aux agents de l’Office congolais de contrôle (OCC), Patrice Musoko demande de redoubler leurs efforts dans le contrôle de la qualité des produits qui viennent de l’extérieur. « Sinon, prévient-il, toute la population se réveillera un jouir malade ».

Par ailleurs, du côté du ministère de commerce, l’on ignore si cette viande a déjà pénétré le territoire de l’Afrique centrale. Alors que la mesure d’interdiction a été prise le 30 décembre 2016. Toutefois, si dans l’hypothèse où l’UE avait anticipé pour informer aux Gouvernements d’Afrique centrale, de cette cargaison de viande impropre à la consommation, on espère que cela ne soit pas le cas.

Il est donc important que des services étatiques au niveau des frontières puissent veiller et ne pas faire passer les produits impropres à la consommation.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Après avoir perçu les financements du Foner, les gouverneurs de province prélèvent illégalement des fonds à caractère provincial sous prétexte de financer les travaux de réhabilitation des routes....