A la Une

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Entre les miniers et l’État congolais, ce n’est pas encore le langage des sourds. Mais à...

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

La vérité va certainement éclater dans les prochains jours sur le double meurtre de deux experts...

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Le message de l’assemblée plénière ordinaire de la CENCO adressé aux Congolais, le 23 juin,...

Double enquête

Double enquête

Les provinces du Kasaï ont connu une tragédie qui exige que justice soit faite aux victimes des...

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

«L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations...

Imprimer

Le livre «La Céni de la RDC » porté sur les fonts baptismaux

Écrit par B. Ipan. Publié dans Culture

L’ingénieur Noël Zangio a procédé, le jeudi 15 décembre 2016, au baptême du livre « La Céni de la RDC jouit-elle de son indépendance organique et fonctionnelle ? » de Mme Antoinette N’Samba Kalambayi. La cérémonie s’est déroulée au Centre Wallonie-Bruxelles, à Gombe.

L’œuvre littéraire a été présentée par le professeur Zacharie Ntumba. Selon lui, l’auteure démontre combien « la Céni est hautement politisée dans la désignation de ses animateurs et comment elle est une institution taillée sur mesure au service du pouvoir, créant d’innombrables dysfonctionnements ».

Richement détaillé, cet essai dénonce « le partage organisé des postes électoraux, véritable machine à fabriquer des dirigeants politiques que le peuple n’a pas élus ».

Dans ce manuel de 110 pages publié aux éditions du Panthéon, à Paris, Antoinette N’Samba Kalambayi rappelle le but même dans lequel l’institution électorale a été mise en place. Selon l’auteure, c’est dans le souci de protéger la jeune démocratie de la RDC et pour éviter l’immixtion d’autres institutions dans le processus électoral, la Céni a été instituée comme organisme de droit public, permanent et neutre, doté de la personnalité juridique. Elle a pour mission d’organiser en toute indépendance et impartialité des élections libres, démocratiques et transparentes.

Aucune liberté

« Cependant, cette institution ne jouit, dans la pratique, d’aucune liberté et subit, même à outrance, l’influence d’autres entités, permettant une dictature masquée et un camouflage de la tricherie sans précédent», a déclaré l’auteure du livre.

Elle recommande donc aux membres de la Centrale électorale de « compter fortement sur leur indépendance fonctionnelle pour que leur relative indépendance organique ne soit pas un handicap à l’émergence de l’État de droit démocratique. Ce, à travers l’organisation d’élections crédibles, transparentes et neutres, dans ce beau Congo en voie de construction d’un État démocratique, dans une Afrique entourée par des dictatures et des tyrans ».

Réviser la loi organique

Pour Antoinette N’Samba, en particulier, le législateur devra réviser la loi organique n°13/12 du 19 avril 2013, modifiant et complétant la loi organique et le fonctionnement de la Céni, en tenant compte des recommandations suivantes : laisser la désignation des membres de la Céni à la Société civile ; couvrir les membres de la Céni par des immunités nécessaires, en considération de la délicatesse de leur mission ; tout ce qui n’est interdit est permis en droit ; que le législateur précise dans le texte la procédure à suivre pour le mode de désignation des membres de la Céni, pour éviter l’ingérence d’autres institutions comme c’est le cas actuellement de l’Assemblée nationale ; reconnaître à la seule Cour constitutionnelle le pouvoir d’entérinement de la désignation des membres de la Céni ; laisser à la Cour constitutionnelle le pouvoir d’investiture des membres de la Céni ; rendre la qualité de membre de la Céni incompatible avec l’exercice de toute activité de nature à porter atteinte à son indépendance ainsi qu’à sa neutralité, comme le veut son serment, notamment avec toute fonction permanente au sein d’une organisation publique ou privée, avec tout emploi créant un lien de subordination, avec toute espèce de négoce qui soit exercé directement ou par personne interposée ainsi qu’avec la qualité d’électeur ; former les citoyens sur le processus électoral par la vulgarisation, afin que ces derniers s’approprient la Céni, pour une bonne participation citoyenne ; sanctionner sévèrement tous ceux qui empêcheraient la Céni d’accomplir sa mission ; créer un fonds national pour les élections, auquel tout citoyen congolais en âge de voter devrait contribuer de 1000 Fc (équivalent de 1 USD), au cours de la première année du cycle électoral. Ce fonds servira à autonomiser financièrement la Céni et permettra l’appropriation par la population congolaise du processus électoral.

 

L’auteure a dénoncé la «complicité des membres de la MP et même de ceux de l’Opposition. C’est pour sortir de cette complicité » qu’elle s’est dit motivée à éditer cet ouvrage. Licenciée en droit public interne à l’Université de Kinshasa (UNIKIN), Antoinette N’Samba Kalambayi est activiste de la Société civile.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir