A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

La RDC classée 6ème de dix meilleures performances économiques africaines

Écrit par Hervé Ntumba le . Publié dans Société

Puisqu’il y a quelques avancées enregistrées dans l’autonomisation des femmes dans le domaine économique, les Nations unies encouragent la RDC sur cette voie. Elles l’appellent à redoubler d’efforts en vue de gagner le pari de l’égalité des genres d’ici à 2030.

La République démocratique du Congo est classée 6ème de dix meilleures performances économiques en matière d’autonomisation des femmes en Afrique, renseigne un communiqué de Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Ces résultats se justifient amplement quand on sait que grâce au Programme d’appui au secteur de la micro finance  (PASMISF II), plus de 3 900 personnes dont 80% des femmes ont bénéficié des opportunités financières. Ceci a incité les femmes à créer 130 mutuelles de solidarité, appelées Muso. Autrement dit, le nombre d’épargnants s’est accru, soit 14 967 dont 47% des femmes.

A cet effet, le Rapport sur le développement humain en Afrique invite les gouvernements à s’engager dans la lutte contre les normes sociales et culturelles dégradantes freinant ainsi le développement et l’autonomisation. Il plaide en faveur d’orientations politiques et des mesures pratiques permettant d’améliorer les conditions des femmes à tous les niveaux de la vie.

Pour rappel, la ministre sortante de la Femme, Famille et Enfant, Mme Lucie Kipele, a, lors de la présentation du Rapport sur le développement humain en Afrique, insisté sur le fait que l’efficacité et la crédibilité des politiques publiques, en matière de développement dans un pays, devraient s’apprécier non pas à l’aune de nombre de mesures prises, mais en tenant compte des changements effectifs dans la vie des hommes et femmes. Raison pour laquelle la nécessité est de dépasser les approches institutionnalistes sous-tendant les investissements en matière de genre.

Réalisation des progrès

Bien qu’il y ait quelques avancées enregistrées dans l’autonomisation des femmes dans les domaines politique et économique, mais beaucoup reste à faire. Puisque les Objectifs de développement durable (ODD) mettent la question du genre au cœur du développement à travers des  ODD, notamment l’objectif 5 « Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles », il importe d’aider le gouvernement de la RDC de gagner le pari de l’égalité des sexes d’ici à 2030. Ce, dans le but de pousser les femmes à la prise des décisions.

Comme démontré dans le rapport, des progrès ont été réalisés. Les femmes jouissent désormais d’une visibilité accrue dans la politique africaine. Et elles commencent à changer même le programme politique de leurs pays. En clair, quatorze pays africains dépassent l’objectif de 30% de représentation des femmes dans les parlements nationaux.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.