A la Une

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Loi électorale révisée : dernière ligne droite au Sénat

Hier jeudi, le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo a donné des orientations dont la...

Un démineur ?

Un démineur ?

Généralement considéré comme une chambre des sages, le Sénat pourrait-il prendre de la hauteur...

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Décrispation politique : Kinshasa dans le viseur de l’UE

Lundi dernier, le Conseil européen s’est penché sur le dossier de la République démocratique du...

2018, espoirs permis

2018, espoirs permis

L’espoir fait vivre. Dans le domaine économique comme dans le domaine politique, les perspectives...

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

Loi électorale révisée au Sénat: Ça passe ou ça casse

La Sénat a entamé, lundi, l’examen du projet de révision de la loi électorale, lequel a été...

Imprimer

Les professionnels des médias élaborent un plan de communication sur la santé sexuelle et de la reproduction

Écrit par Véron K. le . Publié dans Société

En partenariat avec l’Unicef, le Programme national de santé de l’adolescent (PNSA), a, du 13 au 14 décembre 2016, organisé un atelier  de formation pour le renforcement des capacités des journalistes membres du RJAE sur la santé  sexuelle  et reproductive  des adolescents  et jeunes (SSRAJ).

Comme l’ont souligné le Dr. Mbadu, directeur du PNSA, et Mme Suzy Villeneuve de l’Unicef, l’objectif poursuivi est d’arriver à rendre les professionnels des médias utiles au programme de santé de l’adolescent, car les jeunes ne sont pas suffisamment informés. Au cours  de cette formation, il a été surtout question de passer  en revue tous les problèmes  concernant les jeunes et les adolescents. En passant par les médias, a indiqué Mme Suzy Villeneuve, l’adolescent a 89% de chance de bénéficier  de l’information.

Contexte

Pour rappel, dans le monde, près  de la moitié de la population est constituée des adolescents et jeunes  dont l’âge varie entre 10 et 24 ans. Ils représentent un poids démographique qui exige qu’une attention particulière lui soit accordée. La majorité  d’entre eux  ont des multiples  et variés problèmes dont les plus importants sont ceux liés à la santé sexuelle et de la reproduction.

En effet, les adolescentes âgées de 15 à 19 ans  contribuent à hauteur de 22,7% à la mortalité maternelle (EDS 2013-2014). La fécondité des filles de 15-19 ans est élevée, 27% d’entre elles  ont déjà commencé leur vie procréative. C’est dans cette tranche d’âge que les besoins non  satisfaits  en planification  familiale  sont les plus élevés (31%).Parmi les jeunes, la prévalence du VIH est de 1% chez les filles et 0,4% chez les garçons.

En ce qui concerne  le premier  rapport sexuel, 65% des filles et 59% des garçons  ont leur premier rapport sexuel avant 18 ans (EDS 2013-2014). Ces problèmes  ont plusieurs causes  ou facteurs  explicatifs parmi lesquels la pauvreté, la curiosité, les us et coutumes, le manque  d’information,  la promiscuité…

Les sujets abordés au cours de cette formation  ont  porté  sur l’adolescence  et ses transformations ; les grossesses et avortement provoqué chez les adolescentes ; la toxicomanie et santé de la reproduction ; les droits, devoirs, besoins des adolescents et jeunes  en santé  de la reproduction ; les  infections sexuellement transmissibles ; les pratiques traditionnelles néfastes ; l’infection  à VIH, PTME, option B+ ; et enfin,  les violences sexuelles et violences basées  sur le genre.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’attaque menée la semaine dernière contre une base de la Monusco dans l’Ituri, sur la route de Mbau Kamango, continue à susciter de nombreuses questions. Malgré les promesses d’enquête, connaîtra-t-on...