A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Les opérateurs des télécoms appellent l’Etat à compenser le manque à gagner

Écrit par Le Potentiel le . Publié dans Economie

La situation politique est loin de favoriser un bon climat des affaires en République démocratique du Congo, surtout ces derniers temps. Déjà, il s’observe un ralentissement de l’activité économique dû à la psychose générale de la date fatidique du 19 décembre.

Là, les compagnies des télécommunications ont reçu injonction du régulateur pour suspension momentanée des réseaux sociaux dès le 18 décembre jusqu’à nouvel ordre. Au-delà de violation du droit à l’information pour la population, le problème est que l’Etat ne compense jamais les compagnies des télécoms pour le manque à gagner.

« Nous vous demandons de bien vouloir instruire vos services techniques compétents, afin de procéder au blocage momentané de tous les échanges d’images, des vidéos et de la voix via réseaux. De façon non exhaustive, il s’agit de facebook, whatsap, instagram, twitter, google+, Baïdu Tieba, Skype… ». C’est la substance de la lettre datée du 14 décembre et adressée aux directeurs généraux des sociétés de télécommunications par l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (RPTC) en République démocratique du Congo.

« Cette instruction devra entrer en application à dater du 18 décembre 206 à 23h59 », précise la lettre de l’ARPTC signée par son président Oscar Manikunda Musata. « Dans la mesure où le blocage partiel des services ne sera pas possible, il vous est demandé dès lors de bloquer tout accès intégral auxdits réseaux sociaux », ajoute l’instruction de l’ARPTC.

Contacté, un responsable d’une compagnie cellulaire a souligné le fait que le contrat de licence d’exploitation qui lie les opérateurs des télécoms à l’Etat congolais précise qu’à certain moment ces entreprises ont « l’obligation d’obéir aux injonctions de l’Etat lorsqu’elles ont comme but de préserver la sécurité nationale ». « Je pense que c’est le cas et donc, nous ne pouvons rien dire sur cette mesure », a indique la source. Cependant, ce responsable a regretté le fait que l’Etat ne s’engage jamais à compenser le manque à gagner par les opérateurs.

Tout a commencé à la réunion de mardi dernier entre l’ARPTC et les opérateurs des télécoms de la RDC. « Les instructions du gouvernement (sont que) tous les réseaux sociaux (Facebook, Whatsapp, etc.) soient bloqués à partir de 18 décembre jusqu’à nouvel ordre », a indiqué le représentant d’un opérateur, sous couvert d’anonymat à l’AFP. La non-application de cette mesure se traduira par une révocation de la licence des opérateurs récalcitrants, a-t-on ajouté de même source. « L’ARPTC nous a verbalement instruits de filtrer les connexions sur les réseaux sociaux », a indiqué un autre opérateur précisant que « des essais doivent se faire dans la nuit de jeudi à vendredi ».

Cette mesure intervient donc à la veille de la date du 19 décembre, date de la fin du deuxième et dernier mandat du président Kabila alors que celui-ci ne veut aucunement rendre le tablier dans les 48 heures. En janvier 2015, les compagnies des télécoms avaient aussi coupé la connexion internet, sur instruction du gouvernement, soi disant pour éviter l’embrasement de la situation politique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.