A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

La croissance économique de la RDC pressentie en-dessous de 4,3% fin 2016

Écrit par AMK le . Publié dans Economie

Les experts de la Banque centrale du Congo tablent sur une croissance économique nettement en-dessous de 4,3 % cette année. La République démocratique du Congo risquerait de se diriger tout droit vers une récession économique dès le premier trimestre 2017 si des politiques économiques structurelles ne sont pas urgemment prises en compte pour corriger la courbe descendante de la production nationale.

Les performances économiques deviennent un vieux souvenir pour la République démocratique du Congo. Après quasiment dix ans des bonnes performances économiques qui ont atteint 9,5% de taux de croissance en 2014, l’économie congolaise est en chute libre. Le pic de 2014 n’a jamais plus été battu. Dès 2015, le taux de croissance a baissé à 6,9%. Et cette année 2016, le taux de croissance économique pourrait s’établir en-dessous de 4,3% selon les prévisions de juin 2016, note la Banque centrale du Congo à l’issu de la réunion du Comité de politique monétaire (CPM) tenue le vendredi 9 décembre.

« Les estimations de l’économie sur base des réalisations de la production à fin septembre 2016 pourraient ramener le taux de croissance économique en deçà de 4,3% estimé sur base des données à fin juin 2016 », a prévenu la BCC dans son communiqué du CPM du 9 décembre. Les experts de la BCC sont toujours en œuvre pour calculer le vrai taux de croissance de la RDC fin 2016. Il pourrait s’établir aux alentours de 2,5%, selon certaines indiscrétions.

Cette baisse du taux de croissance est naturellement due à l’absence des politiques économiques efficaces pour, d’une part, stabiliser et relancer l’économie nationale. Les 28 mesures économiques urgentes arrêtées par le gouvernement sortant depuis le 26 janvier 2016 n’ont jamais été mises en œuvre. Ainsi, le gouvernement ne peut que constater les dégâts de l’absence d’une réponse efficiente aux problèmes conjoncturels de l’économie congolaise à savoir la baisse des cours des matières premières occasionnant la chute des recettes publiques et la surutilisation du matelas financier de la RDC dont les réserves en devises se situent à 861 millions Usd à fin novembre 2016. D’autre part, la RDC n’a pas pu mettre en place des mesures structurelles appropriées pour diversifier l’économie nationale dépendante fortement de l’industrie extractive.     

Prévision macroéconomique

La prévision macroéconomique est un exercice d’anticipation du comportement futur de variables macroéconomiques à partir de l’ensemble des informations passées et présentes disponibles, indique le ministère du Plan dans son Guide de cadrage macroéconomique que l’ACP a consulté. Selon le document, cette anticipation est faite en vue d’éclairer  la prise de décision et  servir de sous-bassement à la prise des décisions par l’autorité publique afin d’agir sur le futur et non le subir.

Le Guide précise que les prévisions que le comité permanent du cadrage macroéconomique élabore n’ont pas pour objet de donner une description exacte de ce qui va arriver dans un avenir proche ou lointain, soulignant qu’elles peuvent, partant des hypothèses retenues, représenter des états possibles et envisageables de l’évolution futur de l’économie nationale, rapporte l’ACP. La prévision macroéconomique en RDC fait appel à divers outils, à savoir, la statistique, l’économétrie et la théorie économique,  indique la source. Quant à la statistique, le Guide fait savoir qu’elle permet de collecter, de présenter, d’analyser et de mesurer le phénomène économique de manière méthodique.

L’économétrie, quant à elle, recourt à l’analyse mathématique,  à la statistique différentielle et à la théorie économique pour le traitement de ces données statistiques tout en mettant en évidence des relations significatives entre plusieurs variables. Ces relations traduisent soit la définition, le comportement, l’identité, la technique, les rapports institutionnels ou l’équilibre entre une variable dépendante et d’autres variables, qualifiées de variables indépendantes, dont elle dépend.

Par ailleurs, le recourt à l’outil informatique facilite l’élaboration  des projections macroéconomique et entraine des gains de temps appréciable, indique la source qui précise que la théorie économique propose de schémas explicatifs plus ou moins complets de la réalité économique nationale pour une meilleure analyse et une bonne interprétation de donnée.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.