A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

La 22ème Linafoot suspendue du 15 décembre au 14 janvier 2017

Écrit par Armel Langanda le . Publié dans Sports

La Linafoot n’a plus droit d’utiliser les stades de l’Etat. Selon le ministère des Sports, cette instance sportive viole toutes les dispositions réglementaires. Par conséquent, le championnat en cours est suspendu du 15 décembre 2016 au 14 janvier 2017.

La décision vient de tomber comme un couperet. La 22ème édition de la Ligue nationale de football (Linafoot) est suspendue du 15 décembre 2016 au 14 février 2017. Quatre raisons fondamentales sont à la base de cette suspension. Cette décision est tombée au terme d’une réunion stratégique ayant regroupé autour du ministre des Sports les dirigeants de la Linafoot, le mardi 13 décembre au stade des Martyrs de la Pentecôte, confirme le secrétaire général aux Sports Barthélemy Okito.

La première raison est que le ministère des Sports qui gère toutes les activités sportives en RDC interdit à la Linafoot d’utiliser les stades de l’Etat congolais. C’est suite aux différents troubles enregistrés lors des matches de la Linafoot. Malgré toutes les campagnes menées contre la non-violence dans les installations sportives, rien ne marche. Dans le souci de protéger jalousement les installations sportives, le ministère suspend momentanément le championnat national ; le temps que tout redevienne normal.

Selon le SG Okito, la deuxième raison touche aux recettes enregistrées lors de différents matches. Depuis le lancement de la 22ème édition, la Linafoot ne fait que violer l’arrêté n°047, qui répartit les recettes des matches aux différentes parties. Cette disposition n’est pas respectée et la Linafoot ne veut pas se soumettre aux directives du ministère des Sports.

Les clubs réclament leurs parts

De leur côté, les clubs qui prennent part à la 22ème Linafoot réclament aussi leurs parts de recettes. Ils sont souvent victimes de troubles occasionnés par les supporters dans les installations sportives. Troubles qui parfois provoquent des casses et autres dégâts matériels. Conséquence : ces clubs payent à tout moment des amendes. La Linafoot, pour sa part, est dans l’obligation de revoir sa manière de répartir la cagnotte pour que chaque partie se retrouve.

La dernière raison, c’est la préparation de la Coupe d’Afrique des nations « Gabon 2017 ». Il faudra laisser la place aux dirigeants sportifs congolais de se concentrer sur la CAN qui se déroulera au Gabon du 14 janvier au 7 février 2017. La RDC est logée dans le groupe C avec la Côte d’Ivoire, le Maroc et le Togo.

C’est déjà une difficulté pour le comité organisateur de la Linafoot. A ce stade, ils seront dans l’obligation d’arrêter à leur tour la phase des poules de sa 22ème édition. Les équipes seront dans l’obligation d’aller directement à la phase du play-off.

La Linafoot retiendra les trois premiers clubs de chaque zone de développement afin de constituer un groupe de huit équipes qui s’affrontent dans un mini-championnat.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.