Imprimer

La Cour opérationnelle du Nord-Kivu condamne deux miliciens à la peine capitale

Écrit par Donatien Ngandu Mupompa. Publié dans Faits divers

Ces gens étaient jugés pour l’attaque, en juillet 2016, d’une position de l'armée dans la localité de Baungachu Luna.

Le lundi 12 décembre 2016, la Cour opérationnelle du Nord-Kivu a condamné deux miliciens Maï-Maï à la peine de mort et une quinzaine d’autres à des peines lourdes allant de 5 à 20 ans de prison. Ces derniers étaient poursuivis pour participation à un mouvement insurrectionnel dans le territoire de Beni.

Il sied de noter que les prévenus Didi Mandefu et un dénommé "Moïse", non autrement identifiés et qui sont en fuite, ont également été condamnés à la peine capitale par défaut.

Parmi les miliciens condamnés, douze écopent 20 ans et trois autres 5 ans de servitude pénale principale. Un autre prévenu a été renvoyé devant son juge naturel, car étant mineur. Toutes ces personnes ont été reconnues coupables de participation à un mouvement insurrectionnel et violence sur une sentinelle.

La Cour militaire a déclaré que ces personnes sont membres d’un groupe Maï-Maï, auteur de l’attaque, en juillet 2016, d’une position de l'armée dans la localité de Baungachu Luna. Au moment des faits, quatre assaillants avaient été tués et une dizaine d’autres capturés par les militaires.

A cause de l’insécurité permanente qui règne dans cette partie du pays, la société civile de Beni avait souhaité que la visite des membres du Conseil de sécurité puisse apporter des « solutions appropriées » aux problèmes que connaît cette région. Cela, du fait que le territoire de Beni connaît depuis plus de deux ans des tueries des civils.

Les ADF et les FDLR règnent en maîtres

En effet, en visite en RDC, une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU s’est rendue à Beni. Une première depuis le début des massacres des civils en octobre 2014. « Il y a eu trop de visites et nous croyons que celle-ci va pouvoir apporter des solutions appropriées. Nous avons demandé qu’il y ait un sommet sur la situation de Beni. Nous avons dit qu’il y ait des enquêtes internationales indépendantes avec la CPI », avait fait savoir le président de la société civile de Beni, Gilbert Kambale.

Après des entretiens avec les acteurs sociaux et politiques de Beni, les membres de la délégation du Conseil de sécurité de l’ONU ont promis de se pencher, dès leur retour à New York, sur la situation sécuritaire de Beni. « Sur le plan diplomatique, ils doivent aussi parler avec les pays voisins, notamment le Rwanda et l’Ouganda, parce que parmi ceux qui sont ici, il y a  les ADF (rebelles ougandais) et les FDLR (rebelles rwandais) dans le sud de Lubero », avait proposé M. Kambale.

La délégation du Conseil de sécurité de l’Onu est arrivée en RDC le 11 novembre 2016 pour une visite de trois jours. Elle a échangé à Kinshasa avec plusieurs personnalités et acteurs politiques dont le président de la République Joseph Kabila.

 

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...