A la Une

Bruits des bottes

La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et...

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Ingérence extérieure ?

Ingérence extérieure ?

Un sit-in des Congolais, mobilisés autour de la Nouvelle classe politique et sociale (NCPS), a...

Imprimer

Festivités de fin d’année : des sanctions sont prévues à l’endroit des commerçants véreux

Écrit par Olivier Kaforo. Publié dans Economie

La population congolaise est appelée à la vigilance. Aucun produit de consommation courante ne peut être vendu à un prix appliqué depuis deux semaines ou plus. Ces prix doivent baisser de 18%, sur ordre du gouvernement central.

Pendant les festivités de fin d’année, les prix des produits de consommation courante doivent baisser de 18% par rapport aux prix pratiqués il y a une semaine. C’est ce qu’ont décidé le gouvernement central et un groupe d’hommes d’affaires membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC). En contrepartie, les membres de la FEC du secteur des vivres frais bénéficient des exonérations au niveau de la douane, question de permettre aux populations de bien passer les fêtes de fin d’année.

« Des sanctions sont prévues à l’endroit de tous les commerçants qui iront à l’encontre des décisions prises par le comité de suivi de ce programme », a annoncé le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Deogratias Mutombo, membre du comité de suivi de l’application de ces mesures. C’était au cours d’une conférence de presse tenue en son cabinet de travail en début du week-end. Selon lui, la baisse des prix de 18% devait déjà être d’application depuis le vendredi 9 décembre. Des équipes seraient déjà sur le terrain pour faire appliquer ces mesures.

Un sac de riz de 50 kg qui coûtait 48 USD il y a quelques jours par exemple, doit coûter 38,5 USD. La mathématique est la même pour tous les autres produits de consommation courante.

Il a ajouté que ces mesures ont été prises au cours d’une importante réunion tenue à la présidence de la République avec les membres de la FEC qui évoluent dans le secteur de la distribution des vivres frais. Il était également question, au cours de cette réunion, de dresser un état des lieux sur l’application des mesures prises précédemment.

« Nous avons convenu que les prix des produits de consommation courante doivent connaître une baisse de 18% jusqu’à la fin de ce programme d’approvisionnement du pays en produits de première nécessité. En principe, le programme devra prendre fin à fin février 2017. Nous avons attiré l’attention de ces opérateurs économiques que par respect à la population, ces nouvelles mesures soient respectées », a rassuré Deogratias Mutombo.

Pour lui, il faut que les meures conjoncturelles que prend le gouvernement soient rapidement relayées par des mesures structurelles. Ce qui, selon lui, permettra d’accroître la production. C’est d’ailleurs, conseille-t-il, de cette façon qu’on va donner du travail aux Congolais.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Bruits des bottes
vendredi 23 juin 2017
La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et particulièrement dans les deux Kivu.  Cette partie du Congo Kinshasa est décidément, sous le régime du...