A la Une

24 avril 2017 : grande sortie politique de Félix Tshisekedi

24 avril 2017 : grande sortie politique de Félix Tshisekedi

La date du 24 avril est historique. Il y a 27 ans, jour pour jour, le peuple gagnait la...

Loin de résoudre la crise, la SADC est venue l’attiser

Arrivée à Kinshasa dans le cadre d’une mission de bons offices pour décanter la situation de...

Le décor de la crise conglaise

Le décor de la crise conglaise

Nommé pour succéder à Samy Badibanga, le Premier ministre Bruno Tshibala n’a pas encore pris ses...

Priorité de Bruno Tshibala : débaucher dans le Rassemblement

Priorité de Bruno Tshibala : débaucher dans le Rassemblement

Pourquoi, deux semaines après sa nomination ,Bruno Tshibala n’arrive pas à boucler définitivement...

Le Potentiel n° 7000

Le Potentiel n° 7000

  Ce jeudi, 20 avril 2017, coïncide avec la parution de la 7000ème édition du quotidien Le...

Imprimer

La RDC portée à la vice-présidence du Réseau des universitaires et centres de recherche de la CEEAC

Écrit par St Augustin K. (Envoyé spécial à Douala). Publié dans Provinces

Les universitaires, instituts supérieurs et centres de recherche de l’espace CEEAC ne travailleront plus de manière isolée. Un réseau interuniversitaire les réunit désormais. L’acte fondateur du réseau a été signé le 8 décembre à Douala (Cameroun).

Il s’est tenu, le 8 décembre à Douala (Cameroun) une importante réunion des recteurs, présidents du Conseil d’administration des universités, institutions d’enseignement supérieur et centres de recherche des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Cette rencontre avait pour but de mettre en place un réseau regroupant tous les chefs d’établissements afin d’insuffler un vent nouveau sur le secteur éducatif de l’espace CEEAC, notamment dans le domaine de l’enseignement supérieur et celui de la recherche scientifique.

Se confiant à la presse à l’escale de Lomé (Togo), le professeur Faustin Toengaho, Lokundo, recteur de l’Université de Kisangani (Unikis), désigné par ailleurs vice-président du réseau interuniversitaire de la CEEAC, s’est exprimé en ces termes : « Nous avons convenu de mettre en place ce réseau à Douala, le jeudi 8 décembre 2016. A l’occasion de cette rencontre, nous avons adopté les textes fondamentaux, notamment les statuts du réseau, le règlement intérieur parce que c’est une Asbl. Et nous avons aussi mis en place un conseil exécutif qui va piloter ce réseau pour un premier mandat de deux ans ».

Constitution du comité

Au terme de cette réunion, ce conseil exécutif est constitué de la manière suivante : l’Université Omar Bongo du Gabon assure la présidence ; la vice-présidence échoit à la RDC, à travers le recteur de l’Unikis (il a été porté à l’unanimité par ses pairs de la RDC) ; le secrétariat du réseau revient à l’Université de Douala (Cameroun) ; le secrétariat adjoint est assuré par l’université Agostino Nesto de Luanda (Angola) et la trésorerie a été confiée à l’Université du Tchad.

Il appartient maintenant au nouveau comité de voir comment rendre opérationnel le réseau sous-régional d’universités, institutions d’enseignement supérieur et centres de recherche de la CEEAC. Et cela, en termes d’amélioration du système d’enseignement de la sous-région, de mobilité des enseignants et étudiants dans l’espace de la sous-région, d’assurance qualité et d’équivalence de diplômes délivrés par ces établissements, pourquoi pas inciter une coopération des gouvernements de l’espace CEEAC dans le pilotage de réformes qui touchent l’enseignement supérieur et universitaire.

 

Outre du recteur de l’Unikis, la délégation congolaise était composée, entre autres, des recteurs de l’Université pédagogique nationale (UPN), l’Université de Lubumbashi, l’Université de Boma, l’université de Goma, un émissaire de l’Institut supérieur de commerce (ISC Kinshasa)…

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

La date du 24 avril est historique. Il y a 27 ans, jour pour jour, le peuple gagnait la bataille de la démocratie en contraignant feu président Mobutu à s’ouvrir à la démocratie.