A la Une

Lettre d’Etienne Tshisekedi : la Cenco clôt le débat

Lettre d’Etienne Tshisekedi : la Cenco clôt le débat

Existe-il une lettre qu’Etienne Tshisekedi a signée de sa propre main, avant sa mort, désignant...

Bannir la politique du ventre

Bannir la politique du ventre

Le sommeil dans lequel est plongé la RDC semble prendre plus de temps que prévu. L’Accord de la...

Approvisionnement en carburant : la BCC vend 20 millions USD aux pétroliers

Approvisionnement en carburant : la BCC vend 20 millions USD aux pétroliers

Le problème de devises ne se pose pas quant à l’importation des produits pétroliers. La BCC...

Sort de Moïse Katumbi : silence de la Cenco

Sort de Moïse Katumbi : silence de la Cenco

En confiant le sort de Moïse Katumbi à la Cenco, l’Accord politique du 31 décembre 2016 n’a pas...

Lettre de Tshisekedi à la CENCO : Pierre Lumbi éventre le boa

Lettre de Tshisekedi à la CENCO : Pierre Lumbi éventre le boa

Est-ce qu’avant sa mort inopinée, le 1er février 2017 à Bruxelles, Etienne Tshisekedi avait...

  • Lettre d’Etienne Tshisekedi : la Cenco clôt le débat

    Lettre d’Etienne Tshisekedi : la Cenco clôt le débat

    samedi 25 février 2017 13:16
  • Bannir la politique du ventre

    Bannir la politique du ventre

    samedi 25 février 2017 13:00
  • Approvisionnement en carburant : la BCC vend 20 millions USD aux pétroliers

    Approvisionnement en carburant : la BCC vend 20 millions USD aux pétroliers

    samedi 25 février 2017 12:30
  • Sort de Moïse Katumbi : silence de la Cenco

    Sort de Moïse Katumbi : silence de la Cenco

    samedi 25 février 2017 12:00
  • Lettre de Tshisekedi à la CENCO : Pierre Lumbi éventre le boa

    Lettre de Tshisekedi à la CENCO : Pierre Lumbi éventre le boa

    vendredi 24 février 2017 15:50
Imprimer

La RDC portée à la vice-présidence du Réseau des universitaires et centres de recherche de la CEEAC

Écrit par St Augustin K. (Envoyé spécial à Douala). Publié dans Provinces

Les universitaires, instituts supérieurs et centres de recherche de l’espace CEEAC ne travailleront plus de manière isolée. Un réseau interuniversitaire les réunit désormais. L’acte fondateur du réseau a été signé le 8 décembre à Douala (Cameroun).

Il s’est tenu, le 8 décembre à Douala (Cameroun) une importante réunion des recteurs, présidents du Conseil d’administration des universités, institutions d’enseignement supérieur et centres de recherche des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Cette rencontre avait pour but de mettre en place un réseau regroupant tous les chefs d’établissements afin d’insuffler un vent nouveau sur le secteur éducatif de l’espace CEEAC, notamment dans le domaine de l’enseignement supérieur et celui de la recherche scientifique.

Se confiant à la presse à l’escale de Lomé (Togo), le professeur Faustin Toengaho, Lokundo, recteur de l’Université de Kisangani (Unikis), désigné par ailleurs vice-président du réseau interuniversitaire de la CEEAC, s’est exprimé en ces termes : « Nous avons convenu de mettre en place ce réseau à Douala, le jeudi 8 décembre 2016. A l’occasion de cette rencontre, nous avons adopté les textes fondamentaux, notamment les statuts du réseau, le règlement intérieur parce que c’est une Asbl. Et nous avons aussi mis en place un conseil exécutif qui va piloter ce réseau pour un premier mandat de deux ans ».

Constitution du comité

Au terme de cette réunion, ce conseil exécutif est constitué de la manière suivante : l’Université Omar Bongo du Gabon assure la présidence ; la vice-présidence échoit à la RDC, à travers le recteur de l’Unikis (il a été porté à l’unanimité par ses pairs de la RDC) ; le secrétariat du réseau revient à l’Université de Douala (Cameroun) ; le secrétariat adjoint est assuré par l’université Agostino Nesto de Luanda (Angola) et la trésorerie a été confiée à l’Université du Tchad.

Il appartient maintenant au nouveau comité de voir comment rendre opérationnel le réseau sous-régional d’universités, institutions d’enseignement supérieur et centres de recherche de la CEEAC. Et cela, en termes d’amélioration du système d’enseignement de la sous-région, de mobilité des enseignants et étudiants dans l’espace de la sous-région, d’assurance qualité et d’équivalence de diplômes délivrés par ces établissements, pourquoi pas inciter une coopération des gouvernements de l’espace CEEAC dans le pilotage de réformes qui touchent l’enseignement supérieur et universitaire.

 

Outre du recteur de l’Unikis, la délégation congolaise était composée, entre autres, des recteurs de l’Université pédagogique nationale (UPN), l’Université de Lubumbashi, l’Université de Boma, l’université de Goma, un émissaire de l’Institut supérieur de commerce (ISC Kinshasa)…

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir