Imprimer

La Présidente de la CPI réclame la protection effective des droits de l’homme

Écrit par Donatien Ngandu Mupompâ. Publié dans Faits divers

La CPI joue un rôle central dans le système mondial de protection des droits de l'homme et les victimes du monde entier y voient un espoir de justice.

Dans une déclaration faite à l’occasion de la Journée internationale des droits de l'homme qui a été célébrée le 10 décembre 2016, la Présidente de la Cour pénale internationale, Mme la juge Silvia Fernández de Gurmendi, a fait une déclaration dans laquelle elle invite tout un chacun à s’impliquer dans la protection des droits de l’homme.

Elle a fait voir que ce samedi 10 décembre-là, la Cour pénale internationale (CPI) s’est jointe au reste du monde pour marquer la Journée des droits de l'homme, qui commémore l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme le 10 décembre 1948.

Elle a souligné à ce sujet : « Le thème de la Journée des droits de l'homme de cette année est « Défendez les droits de quelqu'un aujourd'hui ». C'est un message important. La protection effective des droits de l'homme exige que nous nous penchions non seulement sur nos propres droits et intérêts, mais aussi sur ceux des autres, en particulier des plus vulnérables ».

Le Présidente Silvia Fernández de Gurmendi a relevé que la Cour pénale internationale incarne l'engagement des nations de tous les continents à protéger toutes les victimes contre le génocide, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre. En premier lieu, ces crimes font l’objet d’enquêtes et de poursuites par les États, mais si ces derniers ne peuvent ou ne veulent pas le faire, il incombe à la CPI d'intervenir.

 

Des progrès considérables depuis 2002

Elle a ajouté : « La Cour a accompli des progrès considérables depuis 2002 dans la poursuite de crimes qui constituent un affront aux droits de l'homme, comme l'utilisation d'enfants soldats, la violence sexuelle dans les conflits, les attaques contre des civils et la destruction de biens culturels ».

Elle a fait remarquer que les victimes sont au cœur du travail de la CPI. Elles peuvent participer aux procédures de la Cour avec une aide judiciaire et elles ont le droit de demander des réparations pour le préjudice qu'elles ont subi. Le Fonds au profit des victimes associé à la CPI a aidé plus de 300 000 victimes en fournissant une réadaptation physique et psychologique ainsi qu'en soutien matériel.

Elle a souligné dans son message que la CPI joue un rôle central dans le système mondial de protection des droits de l'homme et les victimes du monde entier y voient un espoir de justice. Mais sa portée n'est pas encore universelle, car de nombreux États doivent encore ratifier le Statut de Rome, son traité fondateur. Il faut davantage de soutien, afin qu'un jour, tout le monde puisse bénéficier de la même protection légale. Pendant ce temps, les travaux de la Cour se poursuivent, jour après jour, avec des enquêtes, des procès, des appels et des réparations, pour lutter contre l'impunité et défendre les droits de l'homme.

Articles récents

APPEL NATIONAL A CANDIDATURES
lundi 27 mars 2017
Projet « Formation, Recherche, Environnement dans la Tshopo » (FORETS) Université de Kisangani, Faculté des Sciences B.P. 2012 Kisangani   APPEL NATIONAL A CANDIDATURES ALLOCATION DU FONDS DE SOUTIEN A LA...