A la Une

Bon pour le placard

Bon pour le placard

Sous le soleil, la trahison n’a jamais payé. Car, à fin de compte, comme dans un film de...

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

Les non-dits de la signature de l’arrangement particulier du palais du peuple: des traîtres trahis

La MP et ses nouveaux alliés débauchés dans le Rassemblement ont réussi leur show jeudi au...

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution  2348 du Conseil de sécurité

Arrangement particulier : J. Kabila torpille la résolution 2348 du Conseil de sécurité

La cérémonie de signature de l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016 a bel et...

Signature ce jeudi  de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

Signature ce jeudi de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

C’est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce...

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

L’opération d’enrôlement des électeurs démarre, ce dimanche 30 avril 2017, dans les aires...

Imprimer

Le 8ème congrès mondial sur la pathologie met l’accent sur les maladies infectieuses

Écrit par Lucie Ngusi M.. Publié dans Société

L’Institut national de recherche biomédicale (INRB) vient  d’organiser le 8ème congrès international sur la pathologie infectieuse et parasitaire. Placés sous le  thème « Maladies infectieuses, co-morbidités,  santé mondiale et sécurité », ces travaux qui se sont déroulés pendant trois jours, soit du 8 au 10 décembre 2016, ont été lancés par le professeur Mashako Mamba. Et ce, en présence des étudiants en médecine venus de différents établissements universitaires de la ville de Kinshasa.

Pour Mashako Mamba, les trois jours des travaux ont fait que la science retrouve sa place. « Approfondir la connaissance des jeunes étudiants en matière de science et les aider à développer  de l’ambition », est la raison de la tenue de ce congrès, a-t-il indiqué. Car, a-t-il enchaîné,  ce congrès est une bonne occasion pour les jeunes.  Aussi a-t-il fait savoir ce qui fait la force de ce congrès, c’est la présence de ces jeunes. « C’est pour dire que nous ne devrions pas nous arrêter, mais plutôt continuer pour que la flamme ne s’éteigne pas », a renchéri Mashako.

Il a exhorté les jeunes à ne pas s’appuyer à la facilité. Ils doivent mettre du sérieux dans tout ce qu’ils font.  « Dans tous les milieux où vous vous retrouvez, vous devrez avoir de l’ambition », a-t-il martelé.

Thèmes développés

Plusieurs sous-thèmes ont été développés, notamment la fièvre jaune et autres viroses ; la trypanosomiase, les maladies parasitaires, les maladies bactériennes, les vaccins et les immunisations, et autres.

D’éminents professeurs ont défilé devant le podium pour expliciter ces différentes maladies. De la suspicion à la confirmation, jusqu’au traitement.

Le professeur Tona de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) et Dr Kaya du Programme élargi de Vaccination (PEV), tous deux, se sont attardés sur l’immunogénicité des vaccins, doses fractionnées lors de campagne de vaccination de masse contre la fièvre jaune à Kinshasa : préparation et déroulement ; suivi des manifestations adverses post-immunisations chez les femmes enceintes. Pour Dr Kaya, la vaccination de masse administrée à la population récemment n’a pas donné des effets négatifs, contrairement à ce qui s’était dit. « Nous allons organiser une journée portes ouvertes pour permettre à ceux qui ont besoin de voir comment cela se passe. Et de comprendre  pourquoi la multiplication de vaccination de masse », a-t-il confié. Et d’ajouter : « Notre pays a encore besoin de vaccination ».

Quant au directeur général de l’INRB, le prof Muyembe Tamfum, il estime que la tenue de ce congrès était d’une importance capitale. « Nous avons passé un temps important d’échange d’expériences », a-t-il dit en substance.

Cela permettrait, a-t-il ajouté, aux jeunes d’apprendre le mécanisme qui favorise la santé. Les recherches doivent continuer avec beaucoup plus de force. Le professeur Muyembe soutient que la présence de la jeunesse à ces activités symbolise la continuité des recherches pour que la flamme ne s’éteigne pas.

La remise des certificats de participation à quelques étudiants en médecine et les prix Jean-Jacques Muyembe décernés aux docteurs. Marie-France Phoba et  Jean-Pierre Mukendi Kambala ont clôturé cette activité.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Pendant que les acteurs politiques signaient ostentatoirement hier au Parlement l’arrangement particulier à l’Accord de la saint-Sylvestre, les évêques de la Conférence épiscopale nationale du...