A la Une

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Nikki Haley à Kinshasa : Un message fort de Trump à Kabila

Annoncée depuis la dernière assemblée générale des Nations unies, l’ambassadrice des Etats-Unis à...

Le démineur

Le démineur

Aussitôt que le témoin lui a été passé par son homologue angolais, le nouveau pilote de la...

Qui a bu boira

Qui a bu boira

À l’heure actuelle, accepter de travailler avec le gouvernement congolais, c’est porter un...

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

Imprimer

La BCC annonce un taux de croissance en deçà de 4,3 % en 2016

Écrit par Olivier Kaforo le . Publié dans Economie

L’économie de la RDC traverse l’une de mauvaises périodes de son histoire. Dans ce contexte, les experts conseillent une gestion prudentielle.

A l’instar des économies de nombreux pays dépendants des exportations des matières premières dont les cours sont en baisse, l'économie congolaise reste confrontée aux effets négatifs de la chute continue des prix mondiaux de ses principaux produits d'exportation. Principalement le cuivre, en raison de la contraction de la demande extérieure. Dans ce contexte, les estimations de l'activité sur base des réalisations de la production à fin septembre 2016 pourraient ramener le taux de croissance économique en deçà de 4,3 %, estimé sur base des données à fin juin.

Ces affirmations sont du gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Deogratias Mutombo Mwana Nyembo. C’était à l’issue de la 11ème réunion du Comité de politique monétaire (CPM) tenue le vendredi 9 décembre à Kinshasa. La salle de réunions de la haute direction de l’Institut d’émission a servi de cadre à l’organisation de cette réunion.

En 2015, le taux d'activité s'est situé à 6,9 %. Selon les experts de la BCC, le recul du solde global d'opinions des chefs d'entreprises depuis le début de l'année en
cours, atteste le ralentissement de l'économie congolaise. Ce qui confirme ainsi le maintien du pessimisme des chefs d'entreprises sur les perspectives de la conjoncture économique intérieure. Pour le huitième mois consécutif, ce solde accuse un recul au mois de novembre 2016, en raison principalement de l'évolution incertaine des cours mondiaux de matières premières dans un contexte intérieur volatile.

S'agissant du rythme de formation des prix intérieurs, les experts notent que celui-ci s'est fortement accéléré. Ainsi, l'inflation en glissement annuel s'est située à 6,9 % à fin novembre 2016, en dépassement de 2,7 points de pourcentage par rapport à la cible annuelle de 4,2 %.

De même, les pressions sur les deux compartiments du marché des changes demeurent vives avec des dépréciations mensuelles de 4,7 % à l'indicatif et 3,3 % au parallèle, les taux s'étant fixés respectivement à 1.175,91 CDF et à 1.245,67 CDF le dollar US.

Un secours utile

« Cette accélération de la dépréciation du franc congolais est la résultante des injections de liquidités occasionnées par le déficit cumulé de l'Etat de 341,7 milliards de CDF, en dépit de l'échéance fiscale du mois de novembre relative au paiement du deuxième acompte provisionnel de l'impôt sur bénéfice et profit », se justifie l’Institut d’émission.

Face aux injections des liquidités induites par ce déficit public et en vue d'en amortir les pressions sur le taux de change surtout en cette période des festivités de fin d'année, la BCC, avec le concours de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), a vendu aux importateurs des produits de première nécessité, des devises d'un montant de 46,7 millions de USD en date du 04 novembre. Selon Deogratias Mutombo, cette action visait à faciliter l'approvisionnement du pays en ces produits préalablement ciblés.

Tout en contribuant à l'amélioration de l'offre de la devise sur le marché, les ventes
des devises par la BCC, pour un total de 246,7 millions de USD en 2016, ont
permis de retirer de l'économie plus de 250,0 milliards de CDF, contribuant ainsi à
atténuer les pressions sur le taux de change.

Dans ce contexte, les réserves de change se sont contractées à 861,61 millions à fin
novembre 2016, représentant 3,84 semaines d'importations des biens et services sur
ressources propres.

Sur le marché monétaire, le volume mensuel des opérations à l'interbancaire s'est chiffré à 233,5 milliards de CDF à fin novembre 2016, dénoué au taux moyen pondéré de 5,83 %, portant le cumul annuel à 1.078,39 milliards de CDF. L'encours global des Bons BCC s'est situé à 16,0 milliards de CDF, en raison du désengagement des banques sur la maturité longue.

Dans un contexte de ralentissement de l'activité aussi bien au niveau international que national, le Comité de Politique Monétaire a décidé de poursuivre avec une politique monétaire prudente et proactive en maintenant inchangé le dispositif actuel de ses instruments. Le taux directeur va demeurer à 7 %. Les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme restent respectivement à 13 % et 12 % et ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme à 2 % et 0 %. Le bon BCC continuera à réguler la liquidité.

Cependant, le CPM encourage le Gouvernement à mettre en place une politique
budgétaire restrictive tout en mobilisant davantage des ressources tant interne qu'externe et à poursuivre avec la mise en œuvre des réformes en vue d'accroitre la production intérieure et engager ainsi le processus de diversification de l'économie.

Sur le plan international, les perspectives de l'évolution économique mondiale convergent vers le recul de l'activité économique mondiale en 2016 comparé à l'année précédente. En effet, de 3,2 % en 2015, le taux de croissance de l'économie mondiale devrait ralentir à 3,1 % en 2016. Cette situation tient notamment à la stabilisation à la baisse des cours mondiaux des produits de base, à la dégradation des perspectives pour les pays avancés suite à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit) ainsi qu'à une croissance plus faible que prévue aux Etats-Unis.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Le Cardinal Monsengwo serait une personnalité « expérimentée, consensuelle, apolitique, soucieuse de l'intérêt général, gardienne des archives de la conférence nationale souveraine, base de la fondation...