A la Une

Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

La publication de la nouvelle tarification relative à la vente du carburant à la pompe n’est...

Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

La grande bataille qui entoure la succession d’Etienne Tshisekedi à la présidence du...

Rien n’est encore sûr

Rien n’est encore sûr

La République démocratique du Congo doit organiser les premières élections en décembre 2017,...

Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

A plusieurs reprises, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) est passée à côté...

Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

Au gouvernement, c’est déjà le rétropédalage. Après avoir renié les faits rapportés dans une...

  • Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

    Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

    vendredi 24 février 2017 14:01
  • Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

    Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

    vendredi 24 février 2017 13:59
  • Rien n’est encore sûr

    Rien n’est encore sûr

    vendredi 24 février 2017 13:54
  • Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

    Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

    jeudi 23 février 2017 12:49
  • Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

    Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

    jeudi 23 février 2017 12:37
Imprimer

François Fillon remporte largement la primaire de la droite et du centre

Écrit par Robert Kongo, correspondant en France. Publié dans Internationale

François Fillon est le candidat officiel de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017. Il remporte largement la primaire de la droite et du centre, avec 66,5% des voix contre 33,5% à Alain Juppé, selon les résultats officiels communiqués par la Haute autorité de la primaire.

 

Pour le second tour de la primaire ouverte organisée par Les Républicains (LR), dimanche 27 novembre, François Fillon lmporté de façon écrasante face à Alain Juppé, amplifiant ainsi la dynamique du premier tour.

L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012) a su, durant sa campagne, créer une véritable dynamique autour de sa personne avec un programme de droite " décomplexée ", se montrant sociétalement conservateur et ouvertement libéral en matière économique.

"C'est une victoire de fond bâtie sur des convictions", s'est réjoui le vainqueur dans la foulée des résultats. " Les électeurs de la droite ont trouvé dans ma démarche les valeurs françaises auxquelles ils sont attachés, je les défendrai et nous les partagerons avec tous ceux qui, dans leur différence, aiment la France", a -t-il insisté .

Dans son discours, émaillé de cris "Fillon Président", le dorénavant candidat à la présidentielle, a également déclaré  avoir " le devoir de vaincre l'immobilisme et la démagogie " : "  La gauche, c'est l'échec; l'extrême droite, c'est la faillite. Je parle de vaincre ces partis politiques, pas de vaincre ces Français déçus, ces électeurs qui ne sont pas aujourd'hui des nôtres mais qu'il me revient aussi d'entrainer vers l'avenir ".

UNE NOUVELLE EQUIPE DIRIGEANTE POUR LES REPUBLICAINS

François Fillon confirme son avance du premier tour (44%), en bénéficiant largement au second tour du soutien de Nicolas Sarkozy (21%), qui l'a félicité sur Tweeter.

" Le moment est désormais venu pour notre famille politique de se rassembler autour de François Fillon pour garantir l'alternance dont la France a plus que jamais besoin ", a, le premier, réagi Nicolas Sarkozy.

" Comme je m'y étais engagé, j'apporte dès ce soir mon soutien à François Fillon. Je lui souhaite bonne chance pour sa prochaine campagne présidentielle et la victoire en mai prochain ", a déclaré pour sa part Alain Juppé.

" J'aurai besoin de tout le monde ", leur a répondu l'intéressé. " Ce qui nous unit est tellement plus important que ce qui nous distingue ", a-t-il insisté en tendant la main à tous.

C'est le conseil national Les Républicains (LR) programmé en décembre qui lui permettra de recevoir l'onction des militants, après celle des sympathisants de la droite et du centre. Selon nos sources, l'investiture officielle de François Fillon aura lieu le 14 janvier 2017.

Rassembler, c'est aussi mettre en place une nouvelle équipe dirigeante, puisque ce n'est que par intérim que le sarkozyste Laurent Wauquiez en assume la présidence.

Statutairement, François Fillon doit proposer au bureau politique "Les conditions dans lesquelles la direction du mouvement est assurée". Son équipe présidentielle devrait par ailleurs comporter le président du Sénat, Gérard Larcher, ou encore l'ancien patron de l'assureur français Axa, Henri de Castries.

SUCCES POUR LE MECANISME DES PRIMAIRES

Autre qui l'attend : les investitures aux législatives de juin 2017, après la présidentielle. En juillet dernier, la commission nationale d'investiture en a délivré 497 (sur 577 députés), dont 25 réservées à des députés UDI sortants. Contrairement à Alain Juppé, François Fillon n 'a toutefois pas, durant la campagne, remis en cause ce travail.

Au-delà de son camp, il lui faudra maintenant convaincre tous les Français, ou tout au moins une majorité d'entre eux. Si le vainqueur martèle depuis toujours qu'il ne changerait pas de projet entre la primaire et la présidentielle, le nouveau candidat va devoir gérer l'éventualité d'une candidature de François Bayrou.

Soutien d'Alain Juppé sans participer à la primaire, le président du MoDem a multiplié les critiques contre François Fillon, dénonçant " la brutalité " du programme qu'il juge " dangereux ".

Ce scrutin est par ailleurs un succès pour la droite et pour le mécanisme des primaires, puisque plus de 4 millions de Français se sont déplacés à chaque tour. C'est-à-dire davantage encore qu’à la primaire organisée par le Parti socialiste (PS) en 2011, avec moins de trois millions.

Cette forte participation permet  en outre de couvrir les frais d'organisation, mais aussi de réaliser un bénéfice qui sera intégralement reversé aux comptes de campagne de François Fillon (environ 8 ou 9 millions d'euros sur plus de 17 millions récoltés par la Haute autorité de la primaire). 

Il s'agit en revanche d'une mauvaise nouvelle pour le Parti socialiste (PS), qui organise sa propre primaire en janvier 2017 : quels que soient les candidats, la droite vient de placer haut la barre de mobilisation.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir