A la Une

Application de l’accord inclusif : les prolongations

Application de l’accord inclusif : les prolongations

Les choses tirent en longueur au siège de la Cenco où chaque jour de nouvelles exigences...

CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

Bonne opération pour la RDC qui a évité la défaite face à la Côte d’Ivoire (2-2). Tout se...

Sassou à la rescousse de la CENCO

Sassou à la rescousse de la CENCO

Agacés par les manœuvres dilatoires des parties signataires de l’Accord du 31 décembre 2016,...

RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

Entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement, c’est la guerre des postes au sein des...

CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

Les Léopards ont besoin d’une deuxième victoire en vue d’arracher la qualification pour les...

  • Application de l’accord inclusif : les prolongations

    Application de l’accord inclusif : les prolongations

    samedi 21 janvier 2017 12:14
  • CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

    CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

    samedi 21 janvier 2017 07:15
  • Sassou à la rescousse de la CENCO

    Sassou à la rescousse de la CENCO

    vendredi 20 janvier 2017 10:31
  • RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

    RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

    vendredi 20 janvier 2017 09:25
  • CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

    CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

    vendredi 20 janvier 2017 07:11
Imprimer

Turquie: le Parlement européen demande le "gel" des négociations à l'UE

Écrit par Xinhua/LP . Publié dans Internationale

Le processus de l’adhésion de la Turquie devra selon toute vraisemblance  prend encore beaucoup de temps. Car côté européen, les différents dirigeants de principaux groupes politiques pensent que ce pays a encore du chemin à parcourir avant de faire partie du groupe de 28. Le Parlement européen qui exige le gel des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE, fustige les mesures prises par Ankara depuis le putsch avorté.

La Commission européenne et les États membres de l'UE devraient imposer un "gel" temporaire des négociations d'adhésion à l'UE avec la Turquie, a demandé, mardi, à Strasbourg, la majorité des dirigeants des groupes politiques et des députés européens réunis en session plénière, lors d'un débat avec la chef de la politique étrangère de l'UE, Federica Mogherini.

La résolution, qui reste consultative, devrait être votée ce jeudi dans l'hémicycle strasbourgeois. Soutenu par les principaux groupes politiques, le texte a de grandes chances d'être adopté.

Lors du débat, les eurodéputés ont vivement condamné les "mesures disproportionnellement répressives" prises en Turquie depuis le coup d'État militaire manqué en juillet dernier.

Avec ce vote, les eurodéputés entendent protester contre la "dérive autoritaire" du président turc Recep Tayyip Erdogan mais ils ne préconisent pas pour autant une rupture des pourparlers.

Si elle est votée comme annoncée, cette résolution n'aura cependant aucune valeur légale: pour que les négociations soient officiellement suspendues, c'est au Conseil européen de statuer.

Elle n'en reste pas moins un signal politique fort à l'heure où les relations entre l'UE et la Turquie se sont fortement dégradées après le putsch avorté contre Recep Tayyip Erdogan le 15 juillet.

Quelques mois auparavant, les négociations d'adhésion avaient pourtant été relancées, dans le cadre de l'accord migratoire signé avec Ankara, afin de limiter les arrivées de réfugiés sur les côtes grecques.

Le président turc a évoqué il y a quelques jours la tenue d'un référendum sur le processus d'adhésion si aucune décision n'était prise par Bruxelles d'ici "la fin de l'année" sur la suite des négociations.

Le week-end dernier, il a laissé entendre que la Turquie devrait plutôt se tourner vers l'Asie et l'Organisation de coopération de Shanghaï, regroupant la Chine, la Russie et les ex-Républiques soviétiques d' Asie centrale.