A la Une

Diplomatie : Kinshasa peine à faire entendre sa voix

Diplomatie : Kinshasa peine à faire entendre sa voix

Les temps sont durs en ce moment pour la diplomatie congolaise et surtout pour le régime au...

Ce lundi 27 mars 2017 au Centre interdiocésain: Atterrissage forcé des pourparlers

Ce lundi 27 mars 2017 au Centre interdiocésain: Atterrissage forcé des pourparlers

Au Centre interdiocésain, c’est la dernière ligne droite. Et pourtant, on est encore loin...

Une résolution musclée sur la RDC attendue

Une résolution musclée sur la RDC attendue

Au courant de cette semaine, plusieurs personnalités engagées dans la résolution de la...

Moscou soutient la mise en application de l’Accord de la Saint sylvestre

Moscou soutient la mise en application de l’Accord de la Saint sylvestre

Contrairement à toutes les spéculations qui ont circulé au sujet d’un éventuel soutien de...

Compte à rebours

Compte à rebours

A quarante-huit heures du délai butoir de la signature de l’arrangement particulier, qui...

Imprimer

Des mouvements des jeunes lancent la campagne "Bye-Bye Kabila"

Écrit par AFP/LP.

« Le peuple congolais à travers cette jeunesse regroupée ce jour tient à informer la communauté tant nationale qu'internationale [du] lancement de la campagne Bye-Bye Kabila », a déclaré Merveille Gozo, du mouvement citoyen Compte à rebours, lors d'une conférence de presse.

Ces mouvements organisent une « marche pacifique » vendredi « en vue de signifier à M. Kabila qu'il est temps, et qu'il doit entrer dans l'histoire à travers une alternance » à la tête du pays, a-t-elle ajouté. Et Victor Tesongo du mouvement Lutte pour le changement (Lucha) de poursuivre : « Nous allons mener des actions conjointes dans la non-violence pour sensibiliser la population sur l'article 64 » de la Constitution et « pour mettre en déroute le pouvoir actuel. »

L'article 64 de la Constitution congolaise stipule que « tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution ».

Le président Kabila dirige la RDC depuis 2001, son mandat expire le 20 décembre et la Constitution lui interdit de se représenter. Mais le chef de l’État n'a jamais dit expressément qu'il ne sera pas candidat à la prochaine présidentielle reportée à une date non encore fixée, une situation floue à la base de la crise profonde dans lequel le pays est plongé.

Ce report a été convenu en octobre à l'issue d'un dialogue national entre la majorité présidentielle et une frange minoritaire de l'opposition en échange de la mise en place d'un nouveau gouvernement dirigé par une personnalité de l'opposition. La majeure partie de l'opposition et les mouvements citoyens ont rejeté cet accord.

Jeudi 18 novembre dernier, M. Kabila a nommé Samy Badibanga, un transfuge du parti historique de l'opposition l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), comme Premier ministre du gouvernement qui aura pour mission prioritaire d'organiser la présidentielle reportée.

Les États-Unis ont invité hier mardi l'opposition « à faire des propositions constructives et pratiques et à s'abstenir de rhétorique incendiaire ou des actions incompatibles avec les normes démocratiques » en RDC.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

APPEL NATIONAL A CANDIDATURES
lundi 27 mars 2017
Projet « Formation, Recherche, Environnement dans la Tshopo » (FORETS) Université de Kisangani, Faculté des Sciences B.P. 2012 Kisangani   APPEL NATIONAL A CANDIDATURES ALLOCATION DU FONDS DE SOUTIEN A LA...