A la Une

Le ton monte

La République démocratique du Congo court à l’implosion si rien n’y est fait pour faire échec à...

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

Tentative de sabotage de la marche du 31 décembre : Infiltration programmée des paroisses catholiques

L’appel lancé par le CLC pour une marche populaire le 31 décembre 2017 a mis les services de...

Parcours biaisé

Parcours biaisé

Le président de la République a promulgué, dimanche 24 décembre, depuis Lubumbashi où il se...

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

Décrispation politique : marge de manœuvre étroite pour Olenghankoy

C’est en mission de décrispation politique que le président du CNSA Joseph Olenghankoy s’est...

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

Message de libération de la CENCO : « Le pays va mal, mettons- nous debout »

A l’instar du Comité laïc de coordination qui a annoncé, pour le 31 décembre 2017, une...

Imprimer

Des mouvements des jeunes lancent la campagne "Bye-Bye Kabila"

Écrit par AFP/LP le .

« Le peuple congolais à travers cette jeunesse regroupée ce jour tient à informer la communauté tant nationale qu'internationale [du] lancement de la campagne Bye-Bye Kabila », a déclaré Merveille Gozo, du mouvement citoyen Compte à rebours, lors d'une conférence de presse.

Ces mouvements organisent une « marche pacifique » vendredi « en vue de signifier à M. Kabila qu'il est temps, et qu'il doit entrer dans l'histoire à travers une alternance » à la tête du pays, a-t-elle ajouté. Et Victor Tesongo du mouvement Lutte pour le changement (Lucha) de poursuivre : « Nous allons mener des actions conjointes dans la non-violence pour sensibiliser la population sur l'article 64 » de la Constitution et « pour mettre en déroute le pouvoir actuel. »

L'article 64 de la Constitution congolaise stipule que « tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution ».

Le président Kabila dirige la RDC depuis 2001, son mandat expire le 20 décembre et la Constitution lui interdit de se représenter. Mais le chef de l’État n'a jamais dit expressément qu'il ne sera pas candidat à la prochaine présidentielle reportée à une date non encore fixée, une situation floue à la base de la crise profonde dans lequel le pays est plongé.

Ce report a été convenu en octobre à l'issue d'un dialogue national entre la majorité présidentielle et une frange minoritaire de l'opposition en échange de la mise en place d'un nouveau gouvernement dirigé par une personnalité de l'opposition. La majeure partie de l'opposition et les mouvements citoyens ont rejeté cet accord.

Jeudi 18 novembre dernier, M. Kabila a nommé Samy Badibanga, un transfuge du parti historique de l'opposition l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), comme Premier ministre du gouvernement qui aura pour mission prioritaire d'organiser la présidentielle reportée.

Les États-Unis ont invité hier mardi l'opposition « à faire des propositions constructives et pratiques et à s'abstenir de rhétorique incendiaire ou des actions incompatibles avec les normes démocratiques » en RDC.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

L’atelier national, qui est entré dans sa 2ème phase, vise à proposer aux enseignants les modules d’enseignement simultané du français et d’une des langues nationales, selon les zones linguistiques.