A la Une

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Pression des services de l’État sur les entreprises minières : sévère réquisitoire de la FEC

Entre les miniers et l’État congolais, ce n’est pas encore le langage des sourds. Mais à...

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

Américains et Suédois préparent une plainte contre Kinshasa

La vérité va certainement éclater dans les prochains jours sur le double meurtre de deux experts...

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Lokondo demande au chef de l’Etat d’être attentif au message de la CENCO

Le message de l’assemblée plénière ordinaire de la CENCO adressé aux Congolais, le 23 juin,...

Double enquête

Double enquête

Les provinces du Kasaï ont connu une tragédie qui exige que justice soit faite aux victimes des...

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

Adam Dieng à propos du Kasaï : « L’étendue des atrocités est tout simplement révoltante »

«L’étendue des atrocités, des destructions et des souffrances infligées aux populations...

Imprimer

Déclaration politique de la session extraordinaire du Conseil national du Mouvement social pour le renouveau

Écrit par Stanislas Ntambwe.

Evaluant les Résolutions du Congrès extraordinaire tenu à Kinshasa au mois de novembre 2015, le Conseil National a constaté non sans regret que le pouvoir du Président Joseph KABILA et de sa famille politique continue de saper les bases de la démocratie, de l’état de droit et de la paix civile  dans notre pays où s’aggrave au jour le jour la misère du peuple.

A cet effet, le Conseil National du Mouvement Social pour le Renouveau déclare ce qui suit :

La non organisation des élections dans les délais requis par la constitution en vigueur, alors que le second et dernier mandat du Président de la République expire le 19 décembre 2016, est une occasion historique manquée au peuple congolais de vivre cette année sa première passation pacifique du pouvoir au sommet de l’Etat ;

L’accord conclu le 18 octobre 2016 à la Cité de l’Union Africaine, n’est pas considéré par le peuple congolais et les partenaires de la RDC comme une solution véritablement pacifique et consensuelle à la crise sociopolitique qui prend des proportions de plus en plus inquiétantes dans notre pays et qui risque de le plonger dans le chaos ;

Bien qu’ayant reconnu les imperfections de l’Accord de la Cité de l’UA et confié à la CENCO une mission de bons offices pour rapprocher les positions de ses partisans avec celles du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au changement telles qu’exprimées dans les résolutions du conclave du 04 octobre 2016, le Président Joseph KABILA met en œuvre l’accord décrié sans attendre les conclusions de la CENCO en nommant un Premier Ministre de manière cavalière. Son discours sur l’état de la nation du 15 novembre 2016, prononcé sur un ton des plus agressifs exacerbe davantage la crispation du climat politique dans le pays.

Bafouant la Constitution et les lois de la République, le Président Joseph KABILA considère abusivement les activités et manifestations pacifiques des Forces Sociales et Politiques comme des actes terroristes. Des actes de répression à l’endroit de l’opposition ainsi que d’autres initiatives malencontreuses qui se multiplient ne font qu’éloigner le climat de sérénité dans les pourparlers politiques  indispensables à une issue heureuse à la crise. L’on peut se demander comment l’opposition qui appelle à des marches pacifiques prépare-t-elle le chaos et provoque-t-elle l’insécurité alors qu’elle n’a ni pouvoir d’Etat  ni armes ni munitions.

Les participants aux présentes assises  soutiennent la démarche actuellement menée par la CENCO et encouragent le Bureau politique du Parti à maintenir la collaboration du MSR à cette mission dans le cadre du G7 et du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au Changement ;

En vue de contribuer à la recherche de la paix et des solutions consensuelles pour l’intérêt supérieur de la nation, le Conseil National du MSR  considère qu’il y a lieu d’aplanir les divergences sur un calendrier électoral réaliste raccourcissant les délais de l’enrôlement pour avoir des élections présidentielle et législatives nationales au troisième trimestre 2017 ainsi que les élections provinciales au quatrième trimestre 2017 ;

En ce qui concerne la gouvernance du pays pendant la période transitoire allant du 20 décembre 2016 à l’installation des nouvelles institutions issues des urnes, le Conseil National du M.S.R. réaffirme la mise en place d’un régime de large consensus dont les missions et les compétences des institutions seront bien fixées dans un accord et orientées essentiellement  vers l’organisation des élections libres, transparentes et crédibles à des dates convenues.  La restructuration de la CENI et du CSAC reste pour le M.S.R. une priorité;

Pour plus de garanties, l’Accord global et  inclusif en vue doit énoncer clairement que le Président Joseph KABILA n’est pas candidat à la prochaine élection présidentielle, la Constitution du 18 février 2006 ne sera l’objet ni d’une révision, ni d’un changement, moins encore d’un quelconque referendum. Les actes de dédoublement des Partis politiques, les poursuites judiciaires arbitraires à l’endroit des hommes politiques de l’Opposition doivent impérativement être abandonnées particulièrement à l’endroit de Moïse KATUMBI candidat à la prochaine élection présidentielle. Les prisonniers politiques et d’opinion doivent recouvrer leurs libertés, l’espace politique et médiatique devant être libéré ;

Un Comité d’accompagnement incluant aussi bien la CENCO que des représentants de la communauté internationale est inévitable. Il est souhaitable que la médiation actuelle de la CENCO aboutisse à un accord au plus tard à la fin du mois de novembre 2016 de manière à permettre  à toutes les parties prenantes de le vulgariser et le faire accepter à la population avant l’échéance fatidique du 19  décembre 2016 ;

Le Mouvement Social pour le Renouveau reste convaincu qu’il est encore possible de sauver la République dans le cadre d’un compromis largement partagé ;

Le Mouvement Social pour le Renouveau lance un vibrant appel à l’ensemble du peuple congolais de défendre ses droits et libertés, et se tenir prêt à appliquer le prescrit de l’article 5 de la Constitution en vigueur en répondant positivement aux appels de forces de changement pour se libérer définitivement de l’emprise dictatoriale  du pouvoir qui arrive le 19 décembre 2016 au terme de sa légitimité.

Peuple congolais, lève-toi, cette affaire te concerne.

Ainsi fait à Kinshasa, le 21 novembre 2016

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir