A la Une

Signature ce jeudi  de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

Signature ce jeudi de l'arrangement particulier: le chef de l’Etat s'engage dans l’exclusion

C’est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce...

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

Enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 3 et 4: Kasaï et Kasaï Central non concernés

L’opération d’enrôlement des électeurs démarre, ce dimanche 30 avril 2017, dans les aires...

Réplique de la Cenco à la MP : les Congolais sont à Dieu

Réplique de la Cenco à la MP : les Congolais sont à Dieu

Entre la Majorité présidentielle (MP) et la Cenco des piques commencent à prendre des allures...

J. Kabila: deux fers au feu,  Diplomatie de sape, Anéantissement de l’Opposition

J. Kabila: deux fers au feu, Diplomatie de sape, Anéantissement de l’Opposition

Après avoir passé avec succès le cap du 19 décembre 2016, alors que tous les indicateurs...

RDC: La Communauté humanitaire lance un appel de fonds pour 64,5 millions USD

RDC: La Communauté humanitaire lance un appel de fonds pour 64,5 millions USD

Pour répondre aux besoins de quelque 731 000 personnes ciblées dans le Grand Kasaï, en majorité...

Imprimer

Fanfaronner à Kin

Écrit par Ben-Clet. Publié dans Apostrophe

Le 27ème sommet de l'Union africaine a confié au président rwandais, en juillet dernier, la mission de réformer l'institution africaine afin de la rendre plus efficace. Paul Kagame devra rendre sa copie en janvier 2017.

Sans se départir de son flegme, il s’est choisi neuf experts africains pour réfléchir sur le sujet. Ceux-ci, représentant huit nationalités, viennent de milieux économique et politique ainsi que du business.

Citons l’économiste rwandais Donald Kaberuka, ancien président de la Banque africaine de développement (Bad), désormais professeur à la prestigieuse université américaine de Harvard.

Un autre économiste de renom : le Bissau-guinéen Carlos Lopes, qui s’est récemment illustré en qualifiant le franc CFA de «mécanisme désuet». Citons encore Tito Mboweni, l’ancien gouverneur de la banque centrale d’Afrique du Sud. Strive Masiyiwa, le magnat zimbabwéen des télécoms, fondateur du groupe Econet Wireless. Et le Camerounais Acha Leke, associé principal du cabinet mondial Mc Kinsey & Co.

Quatre femmes complètent la shortlist : Amina J. Mohammed, l’actuelle ministre de l’Environnement du Nigéria. Cristina Duarte, l’ancienne ministre des Finances et du Plan du Cap Vert. Mariam Mahamat Nour, ministre de l’Économie et de la Coopération internationale du Tchad. Vera Songwe, la Camerounaise qui dirige le bureau Afrique de l’Ouest et Afrique centrale de la Société financière internationale (IFC, filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé).

Pour notre malheur : aucun compatriote de Kabila dans le top 9. De quoi sont-ils donc capables les tonitruants griots de la Majorité sur la scène africaine, sinon fanfaronner à Kin, saigner le trésor public et faire bombance ?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

C’est loin du Centre interdiocésain et sans la Cenco que le Parlement a choisi de faire signer ce jeudi l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016. Les présidents de deux Chambres...