A la Une

Application de l’accord inclusif : les prolongations

Application de l’accord inclusif : les prolongations

Les choses tirent en longueur au siège de la Cenco où chaque jour de nouvelles exigences...

CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

Bonne opération pour la RDC qui a évité la défaite face à la Côte d’Ivoire (2-2). Tout se...

Sassou à la rescousse de la CENCO

Sassou à la rescousse de la CENCO

Agacés par les manœuvres dilatoires des parties signataires de l’Accord du 31 décembre 2016,...

RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

Entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement, c’est la guerre des postes au sein des...

CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

Les Léopards ont besoin d’une deuxième victoire en vue d’arracher la qualification pour les...

  • Application de l’accord inclusif : les prolongations

    Application de l’accord inclusif : les prolongations

    samedi 21 janvier 2017 12:14
  • CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

    CAN 2017 : la RDC et la Côte d’Ivoire se séparent dos à dos (2-2)

    samedi 21 janvier 2017 07:15
  • Sassou à la rescousse de la CENCO

    Sassou à la rescousse de la CENCO

    vendredi 20 janvier 2017 10:31
  • RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

    RDC: langage des sourds entre MP et Rassemblement

    vendredi 20 janvier 2017 09:25
  • CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

    CAN 2017 : la RDC joue sa qualification face à la Côte d’Ivoire

    vendredi 20 janvier 2017 07:11
Imprimer

Etats-Unis : face aux excès de Trump, Barak Obama tente de rassurer les partenaires

Écrit par Cyprien K. Publié dans Internationale

Trump inquiète le monde et Obama tente de jouer au « sapeur-pompier » d’un incendie qui ne s’est pas encore déclaré.

En attendant l’investiture, le 20 janvier 2017, du nouveau président américain, Donald Trump, les pays partenaires des Etats-Unis, notamment ceux de l’Organisation du traité de l’Atlantique du Nord (OTAN, sont partagés entre la peur et l’incertitude. Beaucoup de promesses ont été faites par Trump pendant la campagne électorale. Il a, par exemple, promis aux Etats membres de l’OTAN de contribuer pour le soutien sécuritaire qu’ils bénéficient des USA. Trump a également promis de revisiter ou carrément déchirer certains accords internationaux conclus par son pays. C’est face à ces excès qui mettent mal à l’aise, que le président sortant Barak Obama a résolu d’effectuer une tournée, sa toute dernière d’ailleurs en tant président des Etats-Unis, afin de rassurer les partenaires de son pays.

Pour ce qui est de l’OTAN, Obama a rassuré que le président Donald Trump maintiendra l'engagement des Etats-Unis à l'égard de cette organisation. Déclarant que son successeurs, qui a souvent critiqué l'OTAN pendant sa campagne présidentielle, est déterminé à maintenir l'engagement des Etats-Unis à l'égard de l'OTAN.

« Pendant notre conversation, le président élu a déclaré qu'il souhaitait vivement maintenir nos relations stratégiques fondamentales », a indiqué le président sortant américain au cours de sa première conférence de presse depuis l'élection présidentielle de la semaine dernière. Il a promis de transmettre ce message aux dirigeants étrangers au cours de son dernier déplacement à l'étranger. En Grèce, berceau de la démocratie, première étape de cette tournée, Barak Obama a plaidé pour la promotion de la démocratie en saluant les autorités et le peuple de se pays pour leur soutien aux migrants.

En Allemagne, deuxième et dernière étape de la tournée d’adieux d’Obama, le président américain s’est montré avocat des accords des libres échanges, tout aussi rassurer  l’Europe de futures bonnes relations qu’elle va entretenir avec les USA. L’homme, selon ses propres termes, « affirme que les Etats-Unis  sont déterminés à maintenir une relation forte et solide avec l'OTAN ».

Pendant sa campagne, M. Trump a ouvertement remis en question la valeur de l'alliance de l'OTAN, la qualifiant d'"obsolète" et sous-entendant que les Etats-Unis pourraient ne pas défendre les alliés de l'OTAN qui n'auraient pas rempli leurs obligations financières.

Outres, les assurances de Barak Obama, nombre d’experts estiment que le nouveau locataire de la Maison devra faire la part des choses  entre les promesses électorales et les actions politiques.