A la Une

Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

La publication de la nouvelle tarification relative à la vente du carburant à la pompe n’est...

Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

La grande bataille qui entoure la succession d’Etienne Tshisekedi à la présidence du...

Rien n’est encore sûr

Rien n’est encore sûr

La République démocratique du Congo doit organiser les premières élections en décembre 2017,...

Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

A plusieurs reprises, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) est passée à côté...

Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

Au gouvernement, c’est déjà le rétropédalage. Après avoir renié les faits rapportés dans une...

  • Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

    Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

    vendredi 24 février 2017 14:01
  • Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

    Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

    vendredi 24 février 2017 13:59
  • Rien n’est encore sûr

    Rien n’est encore sûr

    vendredi 24 février 2017 13:54
  • Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

    Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

    jeudi 23 février 2017 12:49
  • Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

    Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

    jeudi 23 février 2017 12:37
Imprimer

Etats-Unis : face aux excès de Trump, Barak Obama tente de rassurer les partenaires

Écrit par Cyprien K. Publié dans Internationale

Trump inquiète le monde et Obama tente de jouer au « sapeur-pompier » d’un incendie qui ne s’est pas encore déclaré.

En attendant l’investiture, le 20 janvier 2017, du nouveau président américain, Donald Trump, les pays partenaires des Etats-Unis, notamment ceux de l’Organisation du traité de l’Atlantique du Nord (OTAN, sont partagés entre la peur et l’incertitude. Beaucoup de promesses ont été faites par Trump pendant la campagne électorale. Il a, par exemple, promis aux Etats membres de l’OTAN de contribuer pour le soutien sécuritaire qu’ils bénéficient des USA. Trump a également promis de revisiter ou carrément déchirer certains accords internationaux conclus par son pays. C’est face à ces excès qui mettent mal à l’aise, que le président sortant Barak Obama a résolu d’effectuer une tournée, sa toute dernière d’ailleurs en tant président des Etats-Unis, afin de rassurer les partenaires de son pays.

Pour ce qui est de l’OTAN, Obama a rassuré que le président Donald Trump maintiendra l'engagement des Etats-Unis à l'égard de cette organisation. Déclarant que son successeurs, qui a souvent critiqué l'OTAN pendant sa campagne présidentielle, est déterminé à maintenir l'engagement des Etats-Unis à l'égard de l'OTAN.

« Pendant notre conversation, le président élu a déclaré qu'il souhaitait vivement maintenir nos relations stratégiques fondamentales », a indiqué le président sortant américain au cours de sa première conférence de presse depuis l'élection présidentielle de la semaine dernière. Il a promis de transmettre ce message aux dirigeants étrangers au cours de son dernier déplacement à l'étranger. En Grèce, berceau de la démocratie, première étape de cette tournée, Barak Obama a plaidé pour la promotion de la démocratie en saluant les autorités et le peuple de se pays pour leur soutien aux migrants.

En Allemagne, deuxième et dernière étape de la tournée d’adieux d’Obama, le président américain s’est montré avocat des accords des libres échanges, tout aussi rassurer  l’Europe de futures bonnes relations qu’elle va entretenir avec les USA. L’homme, selon ses propres termes, « affirme que les Etats-Unis  sont déterminés à maintenir une relation forte et solide avec l'OTAN ».

Pendant sa campagne, M. Trump a ouvertement remis en question la valeur de l'alliance de l'OTAN, la qualifiant d'"obsolète" et sous-entendant que les Etats-Unis pourraient ne pas défendre les alliés de l'OTAN qui n'auraient pas rempli leurs obligations financières.

Outres, les assurances de Barak Obama, nombre d’experts estiment que le nouveau locataire de la Maison devra faire la part des choses  entre les promesses électorales et les actions politiques.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir