A la Une

Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

La publication de la nouvelle tarification relative à la vente du carburant à la pompe n’est...

Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

La grande bataille qui entoure la succession d’Etienne Tshisekedi à la présidence du...

Rien n’est encore sûr

Rien n’est encore sûr

La République démocratique du Congo doit organiser les premières élections en décembre 2017,...

Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

A plusieurs reprises, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) est passée à côté...

Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

Au gouvernement, c’est déjà le rétropédalage. Après avoir renié les faits rapportés dans une...

  • Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

    Carburant : gouvernement et pétroliers s’accordent pour un réajustement de prix à la pompe

    vendredi 24 février 2017 14:01
  • Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

    Rassemblement : Moïse Katumbi mobilise

    vendredi 24 février 2017 13:59
  • Rien n’est encore sûr

    Rien n’est encore sûr

    vendredi 24 février 2017 13:54
  • Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

    Par arrogance et cécité politique, l’UDPS tend à dépecer le Rassemblement

    jeudi 23 février 2017 12:49
  • Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

    Massacres du Kasaï : Kinshasa cède à la pression

    jeudi 23 février 2017 12:37
Imprimer

Présidentielle américaine : l’heure de vérité a sonné

Écrit par Cyprien K.. Publié dans Internationale

Après des mois de campagne électorale, les deux candidats à la présidentielle américaine n’ont plus rien à dire aux électeurs. Ils doivent attendre, comme lors d’un procès, avant d’être fixé sur leur sort. L’heure de vérité a sonné.

C’est aujourd’hui que les Américains vont se rendre aux urnes pour élire celui ou celle qu’ils considèrent capable de présider  aux  destinées des Etats-Unis d’Amérique. Et cela, après avoir pris connaissance des programmes de deux candidats. Le temps du battage médiatique est passé, les prétendants au Bureau ovale de Maison Blanche devront avoir des cœurs qui battent à la chamade. Car l’enjeu est de taille : devenir président de la première puissance mondiale. 

Traditionnellement,  aux Etats-Unis, les Démocrates votent pour les Démocrates et les Républicains font de même. Mais pour autant que cette campagne électorale était plus une histoire de révélations  des scandales qu’une question de véritable débat, il y a lieu de considérer que les lignes vont réellement bouger pour cette présidentielle qui pourra voir,  pour la première fois, une femme à la tête de cette grande puissance.

Bien qu’embarrassée par les rebondissements des affaires de ses mails, la candidate démocrate, Hillary Clinton, devance son challenger républicain, Donald Trump de quelques pourcentages, selon les derniers sondages de Washington Post.  Des résultats qui seront vérifiés dans quelques heures.

Qu’à cela ne tienne ! Le millionnaire Trump, lui aussi, rattrapé par la diffusion d’une vidéo explosive, reste serein et est convaincu d’être très prochainement investi comme 45ème président des Etats-Unis.

Héritant d’un système électoral le plus complexe au monde, plus de 20% des citoyens américains ont voté anticipativement, dont le président Barak Obama qui a porté son choix  sur Hillary Clinton. Au pays de l’Oncle Sam, le président est élu par suffrage universel indirect.

C’est le cas de la population qui vote ce mardi les grands électeurs (538), qui vont, à leur tour, élire le président.  Les grands électeurs se réunissent le premier lundi qui suit le deuxième mercredi de décembre, pour élire officiellement le président et le vice-président des Etats-Unis. L'élection a lieu à la majorité absolue, soit 270 voix sur 538.

Dans la pratique, ce sont les partis politiques qui nomment leurs grands électeurs lors des conventions politiques d'états. La seule condition imposée par la Constitution est l'obligation pour eux de voter pour au moins un candidat qui ne vient pas de leur état. 

La répartition des grands électeurs par rapport à la population de chaque état engendre de sévères luttes lors des campagnes présidentielles dans des Etats dits clés. Ainsi, sur un total de 538 grands électeurs, la Californie regroupe 54 grands électeurs, à elle seule. Le Texas en compte 32, l'Etat de New York 33, la Floride 25, la Pennsylvanie 23, l'Illinois 22. Un candidat remportant tous ces Etats possède donc quasiment le nombre de voix nécessaire à son élection. En effet, la majorité des autres Etats de l'Union ne représente qu'une petite manne de grands électeurs.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir