A la Une

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

RDC: Une responsabilité historique pour un nouveau départ

Les USA et l’UE sont d’accord pour une transition sans Kabila. Raison, préparer en toute sérénité...

La tension monte

La tension monte

Il n’y aura pas d’élections en décembre 2017. C’est une certitude. Comme en 2016, la République...

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

La RDC expose ses diverses opportunités d’investissements au Forum Naturallia 2017

C’est un travail de promotion des investissements qu’est allé mener au Canada, à l’occasion du...

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Le sort du président Kabila après décembre 2017 au menu du sommet de Brazzaville

Brazzaville accueille, ce jeudi, un sommet spécial de la CIRGL (Conférence internationale sur...

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Céder le pouvoir « dans son propre intérêt et celui de son pays »

Président à deux reprises (1976-1979, 1999-2007), le Nigérian Olusegun Obasanjo s’est investi...

Imprimer

Oh, ces Africains !

Écrit par Ben-Clet le . Publié dans Apostrophe

Exacerber la crise politique en RD Congo pour en tirer des dividendes, tel est l’agenda caché des chefs d’État de la Région des Grands lacs (CIRGL), de l’Afrique australe (SADC) ainsi que des plénipotentiaires de l’Union africaine récemment réunis à Luanda. Leur «appui automatique» à la violation de notre Constitution procède de ce cynisme.

Le quotidien Le Potentiel avait prédit cette forfaiture. Les médias indépendants de l’Afrique avaient subodoré la déception. De même, les chancelleries du monde ne voyaient en Luanda 2016 que le couronnement de l’activisme syndical des autocrates africains.

Sassou, Museveni, Kagame, Nkurunziza, Mugabe, Deby, Dos Santos, … souffrent d’une pathologie tropicale : «la pérennité au pouvoir». Leur syndicat reste largement ouvert aux nouveaux candidats.

En renvoyant le pouvoir de Kinshasa à sa crise interne, sans lui souffler de prendre langue avec le Rassemblement, les Africains de Luanda ont radicalisé Kabila, l’incitant, à ses risques et périls, à mâter la Démocratie par le fer et par le feu.

En considérant Luanda 2016, quel organisme international peut parier un franc sur l’Union africaine pour résoudre les problèmes du continent ? Réagissez, Messires les Griots, vous qui, la bouche pleine, dénoncez le néocolonialisme et l’impérialisme.

Les peuples avaient cru qu’à la faveur de la perestroïka en 1990, des dictateurs en treillis passeraient définitivement la main aux démocrates. Pouah ! Voici des autocrates en civil qui, s’appuyant sur l’appareil sécuritaire, terrorisent les citoyens. Et perfectionnent les techniques de prédation du patrimoine commun.

Face à Luanda 2016, l’étranger qui s’impose pour résoudre les crises du continent est le bienvenu.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Trois jours après l’attaque de son domicile, à Kinshasa, le président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), Joseph Olenghankoy, s’interroge sur l’absence d’intervention de la police. Celui...