A la Une

Devant l’assemblée générale des Nations unies: Joseph Kabila égal à lui-même

Devant l’assemblée générale des Nations unies: Joseph Kabila égal à lui-même

Comme prévu, le chef de l’État, Joseph Kabila, s’est adressé samedi dernier à l’Assemblée...

Joseph Kabila à l'ONU: Du déjà entendu

Joseph Kabila à l'ONU: Du déjà entendu

Le président de la République s’est exprimé, le samedi 23 septembre, à New York à la 72ème...

A l’épreuve

A l’épreuve

La République démocratique du Congo traverse une crise qui affecte tous les secteurs de la vie...

La RDC à l’agenda de Trump

La RDC à l’agenda de Trump

En marge de sa première intervention, mardi dernier, devant l’Assemblée générale des Nations...

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Contentieux Dispromalt – Stade des Martyrs : Le règne de l’arbitraire

Le torchon brûle entre la société Dispromalt, spécialisée dans l’affichage publicitaire, et le...

Imprimer

Revue de presse congolaise de mardi 25 octobre 2016

Écrit par Stanislas NTAMBWE le .

Le Potentiel annonce qu’« en attendant les chefs d’Etat qui se penchent demain mercredi à Luanda sur la situation incertaine de la RDC, une synergie UE, Grande-Bretagne et Etats-Unis accentuent la pression en vue de sauver la démocratie en Afrique».

En dépit des assurances du président angolais qui estime que le Sommet de Luanda permettra à la RDC de désamorcer les tensions en vue d’aborder avec sérénité les prochaines échéances électorales, à Kinshasa, constate le journal, « l’initiative angolaise est accueillie avec scepticisme et n’inspire pas confiance».

« Tous les regards sont plutôt tournés vers la communauté internationale qui n’hésite plus à réagir chaque fois que la RDC avance d’un pas vers la sortie de crise », écrit Le Potentiel.

« L’Afrique contre l’Occident en RD Congo », titre Le Phare.

Il revient sur l’Accord politique conclu, le mardi 18 octobre, entre la Majorité présidentielle, l’Opposition et des organisations de la Société civile « sans assise sociologique ». De l’avis du journal, cet accord politique est « massivement rejeté par la population congolaise, froidement accueilli et sévèrement critiqué en Occident ».

Le quotidien note que l’accord a reçu le « quitus » des Chefs d’Etats africains et autres organisations continentales et sous-régionales.

« Là où les Occidentaux brandissent des sanctions contre les hommes au pouvoir à Kinshasa, accusés de blocage de la démocratie et de graves atteintes aux droits de l’homme, ceux qui gouvernent l’Afrique rivalisent des messages de soutien aux architectes de l’Accord politique du Camp Tshatshi », constate-t-il.

Le Phare croit savoir que Luanda, va être le « site d’entérinement officiel » de ce qu’il qualifie de « deal politique ». Pour le journal, des Chefs d’Etats africains qui soutiennent chaleureusement l’Accord politique du Camp Tshatshi, constitue un « syndicat des présidents à vie ». Car, argue-t-il, « lorsqu’on s’attarde sur leurs profils, l’on
se rend compte qu’il s’agit, pour la plupart, des personnalités
exerçant des mandats à vie 
».

« Pressions, sanctions, complot : le danger persiste ! », s’exclame La Prospérité.

Dans ses colonnes, le tabloïde révèle que Moïse Katumbi est, une fois de plus, pointé du doigt, au-delà de celui où il est accusé d’avoir recruté des mercenaires américains pour renverser les Institutions de la République.

« Dans une nouvelle tribune libre, Kajepa Molobi, un analyste pro-Majorité, pense que l’ex-gouverneur du Katanga mettrait à profit son exil  forcé ou volontaire en Occident, pour tisser des réseaux afin de réaliser un coup d’Etat en RDC », rapporte-t-il.

A l’en croire, note La Prospérité, la France et les USA seraient, « d’une manière ou d’une autre,  à la manœuvre », présumant qu’une étude « téléguidée » en ce sens, serait en cours,  pour « apprécier les voies et moyens d’une intervention imminente et efficace à Kinshasa dans le dessein  de  changer de  régime ».  

Dans un autre registre, Le Phare annonce que « six militants de la LUCHA ont été arrêts, lundi 24 octobre 2016 à Goma ». Il s’agit, cite-t-il, de Guillaume Muyisa, Simon Mukenge, Espoir Ngalukiye, Glody Ntambwe, Faustin Dunia et Muhindo Jacques.

« Ces derniers se trouvaient aux alentours de l’ISC/Goma, quand ils ont été embarqués par des personnes en tenue de la Police congolaise », explique Le Phare. Avant d’ajouter qu’« ils préparaient les sit-in annoncés pour les 26 et 27 octobre pour protester contre ce qu’ils qualifient de coup d’État intentionnel ».

La Prospérité revient sur un autre chapitre et annonce l’assassinat de l’Abbé Joseph Mulimbi Nguli, vicaire de la paroisse Saint Martin de la Commune de Katuba, dans le Sud-est de Lubumbashi.

« L’escadron de la mort, dans toute sa cruauté et exploits machiavéliques vient d’ôter la vie d’un prêtre catholique de l’archidiocèse de Lubumbashi », écrit le quotidien. Selon le quotidien, l’Abbé Joseph Mulimbi a été « assassiné d'une balle dans le ventre, alors que se trouvant au volant de son véhicule, en train de faire son entrée dans la parcelle familiale où il passait ses vacances ».

Articles récents

Pour la diaspora congolaise en Europe, comme celle d’ailleurs, le chef de l'Etat congolais n'a pas rassuré sur la tenue des prochaines élections. Elle est inquiète et s'interroge sur la volonté de Joseph...