A la Une

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

Visite du président Trump au Vatican : Le plaidoyer du pape en faveur de la RDC

La visite du président américain Donald Trump au Vatican auprès du pape François suscite un grand...

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

La révolution de l’AFDL a-t-elle fini par dévorer ses propres enfants ?

Vingt ans après la chute de Mobutu, peu de compagnons de lutte de Laurent-Désiré Kabila, alors...

Soutien à l’agriculture : la BAD promet 2,4 milliards Usd de financement par an

Soutien à l’agriculture : la BAD promet 2,4 milliards Usd de financement par an

C’est parti avec les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD). C’est...

Pari difficile

Pari difficile

Le chef de l’État a enjoint aux membres du gouvernement Tshibala d’être réellement au service...

CNSA : les membres bientôt connus

CNSA : les membres bientôt connus

La présidence de la République est en possession de différentes propositions des parties...

Imprimer

Kodjo rappelle Wade

Écrit par Ben-Clet. Publié dans Apostrophe

Edem Kodjo, comme Abdoulaye Wade vingt ans avant lui, n’ont pas l’étoffe de négociateurs pour être impliqués dans des conflits en Afrique. Revisitons Wade. À l’aube des années 1990, l’Organisation de l’unité africaine l’avait dépêché sur le front zaïrois avec l’espoir d’éteindre l’incendie déclenché par le pyromane Mobutu. L’enjeu, à l’époque comme aujourd’hui, était la conservation du pouvoir.

Mais Wade avait flanché dès les premières embûches de terrain, laissant s’échapper les sarcasmes d’un marabout mal en point. «Les Zaïrois, s’était-il déchaîné contre Mobutistes et Opposants, ne sont pas mûrs pour la politique».

Des années après, Wade a été élu président du Sénégal. L’homme «mûr» a vite confié à son fils Karim quatre méga-ministères «juteux». Comme si son pays n’avait pas d’autres compétences ! Son dernier spectacle pathétique, c’est quand, devenu sénile, il va tenter de s’accrocher. Battu aux élections, il a néanmoins réussi à emporter quelque 5 millions $US offerts par l’Arabie, qu’il défendit être un cadeau personnel.

2016 et voici … Kodjo, que l’histoire ne mentionne pas dans les annales des facilitateurs africains de renom. À la clôture de son ciné-club commandité par l’Union africaine sur requête de J.Kabila, il a vomi du feu en qualifiant les Opposants – du Rassemblement – de «docteurs aux thérapeutiques médicales douteuses, qui se battent et se débattent au chevet du malade à l’instar des médecins … immortalisés par Molière». L’insulte de Kodjo a affecté plus d’un Congolais. Car c’est pour la deuxième fois, à cause des turpitudes de ses chefs d’État, que le Zaïre-Congo subit l’affront injuste et injustifié des Ouest-africains.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir