A la Une

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

L’exemple zimbabwéen interpelle : quitter le pouvoir dans la dignité

Au Zimbabwe, l’après-Mugabe se dessine. L’heure est aux négociations entre les galonnés de...

RDC : Une police à deux vitesses

RDC : Une police à deux vitesses

Formée et équipée par l’Union européenne dans le cadre du projet Eupol, la PNC est encore loin de...

L’usure du pouvoir

L’usure du pouvoir

La démocratie en Afrique évolue en dents de scie. Il y a plusieurs exemples qui soutiennent cette...

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

Projet de budget 2018 : Tshibala se rattrape, mais…

C’est au cours d’un Conseil des ministres marathon présidé mardi par le chef de l’Etat que le...

Mi-figue, mi-raisin

Mi-figue, mi-raisin

La journée du 15 novembre 2017 a vécu. L’heure est maintenant au bilan. Sur ce point, les avis...

Imprimer

Revue de presse congolaise de lundi 10 octobre 2016

Écrit par Stanislas NTAMBWE le .

Parlant du Dialogue politique de l’Union africaine, Le Potentiel titre à la Une : « Kabila décide de la clôture du dialogue ».

Lors d’une réunion tenue dimanche 9 octobre 2016, à Kingakati, rapporte-t-il, les participants ont été instruits par l’autorité morale de la Majorité présidentielle (MP) de « clôturer le dialogue de la cité de l’UA dans le plus bref délai ». « Des indiscrétions parlent, plutôt, de 24 heures, mais aussi de la mise sur pied d’une cellule chargée des élections », souligne Le Potentiel.

De l’avis du journal, cette instruction du président Joseph Kabila à ses poulains, est un « Passage en force à mille lieues», croyant savoir que « la MP se montre impatiente d’arracher un accord politique, en ignorant l’absence d’inclusivité de son dialogue qui viole la R 2277 de l’Onu ».

« Entre le marteau et l’enclume, le dialogue national qui traîne en longueur ne fait pas l’affaire de l’autorité morale de la MP. La marche forcée est justifiée par le fait qu’il lui faut quelque chose en main avant la réunion de la SADC et de la CIRGL de Luanda convoquée le 27 octobre », commente le quotidien.

« Dialogue : Majorité-Opposition s’entredéchirent ! », s’exclame La Prospérité qui constate que « le torchon brûle autour de Kodjo ».

« Où en est-on avec le dialogue  à la Cité de l’Union Africaine ? Quelles sont les options levées et les avancées engrangées ? Qu’est-ce qui divise, réellement les délégués à ces assises ? Que devient le projet d’Accord politique, depuis que le Facilitateur l’avait distribué aux participants,  comme du petit pain? », s’interroge le tabloïd.

Dans les coulisses du Dialogue, La Prospérité note que « même si les travaux du dialogue sont momentanément bloqués, les discussions au sein du groupe restreint, achoppent, elles aussi, sur plusieurs points ».

« D’où, soutient-il, la machine du dialogue est tellement grippée qu’elle exige de la Majorité, de l’Opposition et de la société civile, des vraies concessions, pour apaiser les esprits et sauver, en même temps, la patrie ».

D’après La Prospérité, « agir autrement, c’est hypothéquer inutilement,  le sort des millions des congolais sur l’autel des intérêts égoïstes et  partisans ». Avant d’ajouter qu’« il n’est jamais trop tard, pour mieux faire ».

Dans un autre registre, Le Phare annonce « Le Secrétaire général adjoint de l’UDPS Bruno, Tshibala qui devait prendre son avion dimanche 09 octobre 2016, à l’aéroport International de N’Djili pour Bruxelles (Belgique), a été empêché de voyager par des agents des services spéciaux, mis aux arrêts et conduit vers une destination inconnue.».

« Le mobile de cette arrestation n’est connu ni de sa famille biologique, ni de la hiérarchie de son parti », précise le quotidien. Il souligne que, « tout ce que l’on sait est que l’intéressé, qui avait subi une intervention chirurgcale au niveau des yeux, il y a plus d’un mois en Belgique, devait y retourner pour un contrôle médical ».

Le Phare se demande si son arrestation ne serait pas liée aux instructions du Procureur général de la République, qui avait expressément demandé au Commissaire général de la Police, au lendemain des événements des 19 et 20 septembre 2016, d’empêcher toute sortie d’un opposant du territoire national.

« Bruno Tshibala se trouverait-il sur la liste des présumés auteurs ou commanditaires des troubles de septembre ? Serait-il l’objet d’un mandat d’arrêt qu’il ignorait? N’avait-il pas ses papiers en ordre pour partir à l’étranger », se demande-t-il sans réponse.

Articles récents

Deux formations, deux formateurs. Les participants ont été outillés sur l’audit interne en rapport avec les Systèmes de management de la sécurité des denrées alimentaires (SMSDA) basés sur l’ISO 22000 - 2015....