A la Une

Bruits des bottes

La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et...

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Unanimité parmi les Congolais qui acceptent la faim pourvu que les élections se tiennent à fin 2017

Tenir les élections à fin 2017 est le credo entonné à l’unanimité par l’ensemble des Congolais...

Nouvelles preuves

Nouvelles preuves

Au-delà du fait que les tueries du Kasaï constituent une perte pour la nation, d’aucuns pensent...

Alexis Thambwe Mwamba:

Alexis Thambwe Mwamba: "Moïse Katumbi peut rentrer, mais…"

A quoi jouent les autorités de la RDC face au dossier Moïse Katumbi ? Dans une conférence de...

Ingérence extérieure ?

Ingérence extérieure ?

Un sit-in des Congolais, mobilisés autour de la Nouvelle classe politique et sociale (NCPS), a...

Imprimer

Cinq questions à Philippe NGOMA MASSUNDU (*)

Écrit par Propos recueillis par Médard Muyaya. Publié dans 5 Questions à...

1. Les travaux du Comité préparatoire du Dialogue ont démarré sans le Rassemblement. Qu’en pensez-vous ?

La réalité, c’est que toute l’opposition n’y est pas. Le Rassemblement est un grand ensemble de près de 80% de l’opposition. Mais lorsque vous y ajoutez le MLC et même l’opposition républicaine qui siège au gouvernement, il y a lieu de conclure que personne n’y est. Cela va tourner au monologue tel que c’est fut le cas lors des concertations de triste mémoire dont les sept cent résolutions n’ont jamais été appliquées à ce jour.

2. Malgré la récusation d’Edem KODJO par le Rassemblement, la Monusco appelle ce dernier à rejoindre la table des négociations. Quel est votre point de vue ?

Kodjo n’est pas récusé par le Rassemblement, lui seul. Au regard de la réussite totale de la journée ville morte de mardi dernier à l’appel du Rassemblement, le peuple a montré son rejet de celui-ci. Il doit tirer les conséquences de sa démarche complètement biaisée, c’est-à-dire rendre le tablier. Il y va de la dignité de cet homme d’État qui, en son temps, a dirigé l’OUA.

3. Malgré la ville morte décrétée par le Rassemblement, la Monusco estime que l’unique cadre des revendications reste le Dialogue. Quelle est votre lecture ?

Le Dialogue n’est pas un cadre de revendications mais plutôt de discussions et négociations. Mais avant celui-ci, il y a des préalables que nous avons posés et que nous estimons, jusqu’à ce jour, non remplis. D’où notre refus d’y participer. C’est un cadre d’harmonisation des vues principalement pour l’organisation des élections dans le temps et le respect de la Constitution. Nous comprenons les inquiétudes de la Monusco car c’est à elle que reviendra le plus dur du travail, c’est-à-dire  le rôle de pompier lorsque la maison RDC sera en feu.

4. D’aucuns pensent que les mesures prises par le gouvernement suffisent pour entamer le processus du Dialogue. Y a-t-il encore des préalables majeurs ?

Seul le Rassemblement est habilité à estimer que les mesures prises par le gouvernement sont satisfaisantes ou pas et personne d’autres qui n’en font pas partie. En ce qui concerne celui-ci, nous considérons qu’aucun préalable n’est rempli. Il n’y a pas de préalables majeurs ou mineurs. Tous s’équivalent. C’est l’ensemble ou rien. Nous en prenons pour exemple les poursuites judiciaires à l’endroit de Moïse Katumbi et les détensions arbitraires de tant d’autres à ce jour en prison. Il y a également des dédoublements des partis politiques dont on parle peu. Ces pratiques doivent cesser. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités en rétablissant la légalité des labels de ces partis politiques qui ont chacun son leader naturel. 

5. Comment entrevoyez-vous l’avenir de la RDC ?

Au regard du comportement cynique de ceux qui gouvernent, il est clair que l’avenir de la RDC est sombre. Nous entrons dans une zone de turbulence. Je me demande quand nous en sortirons-nous et dans quel état. Et pour éviter tout cela, il y a lieu simplement de respecter la Constitution. Le dénouement heureux de la situation en RDC dépend de ses dirigeants. Plus nous nous approchons de la fin du mandat du président Kabila, plus la situation devient plus compliquée. La pression monte, les pistes de solutions positives s’amenuisent, créant un doute sur l’avenir et un flou artistique. Mais il n’est pas encore tard pour faire mieux, dans la mesure où les autorités de notre pays doivent montrer leur bonne volonté et privilégier les intérêts supérieurs et basiques de la population au détriment de leur boulimie du pouvoir.

Propos recueillis par Médard Muyaya

(*) Président des Compagnons de Moïse Katumbi (C.M.K)

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Articles récents

Bruits des bottes
vendredi 23 juin 2017
La guerre reste donc cyclique dans la partie Est de la République démocratique du Congo et particulièrement dans les deux Kivu.  Cette partie du Congo Kinshasa est décidément, sous le régime du...